Viewing entries in
Histoires de Voyageurs

12 days of travel stories

Comment

12 days of travel stories

As the end of the year approaches, my feet are itching for some more travels and since I won't travel internationally till 2018, I shared a few travel stories on my instagram account before Christmas day. A good way to countdown, isn't it? 

But I haven't forgotten about you either dear readers so here's a recap of my 12 stories in one blog post! Hope you enjoy those. 

Happy holidays! 

plane_view.JPG

Day 12 - Planes are the best  ✈️

Some may dread being on a plane, some may love it. I definitely love it! .
Whenever I’m at an airport, it makes me super happy because I know I’m going on a new adventure. I do struggle to sleep in planes and it’s hard to stay still for long, but it’s fine because it’s all too exciting.

My favourite thing? Look at the stars and lightning 🌩 on a night flight! .
 

paris-eiffell-tower.JPG

Day 11 - Visiting familiar places 🗺

I was thinking, how does it feel to travel in your own country or to a place that is or was familiar?
After three years of living in Australia, I finally went back to Paris this June. It was funny to consider myself as a traveller in a city where I use to live and that I visited countless times.

Yet, I loved rediscovering my favourite spots in Paris, getting lost and capture moments like this one at the Trocadéro with my friends.

Because I think, after all, we appreciate even more familiar places when we are relaxed, visiting and enjoying them rather than getting stuck into the daily routine.

tasmania-road-trip.JPG

Day 10 - Gotta love a road trip 🚗

Road trips in the USA, so many in Australia, in France to Germany or Portugal, in New Zealand, in Uruguay... so many good memories on each of those

And since I’m living in Australia, I’m even more addicted to road trips! I just love the feeling of getting on the road, discovering new landscapes, having a good playlist and sometimes singing along... 🎤

My little indulgence? Go to Macca’s on a long road trip 🍟🙊 don’t tell me this is a road trip classic! 

My most funny road trip memory was our car breaking down in the middle of the US countryside while driving from North Carolina to Washington D.C. and having to stay overnight in a random city.

And finally, it’s fun to share road trips with loved ones. This picture is from road tripping in Tasmania two years ago with my family and I still vividly remember the winding roads, the lush environment, endless kilometers without seeing a car and the fun of it... I'd road trip there again in a heartbeat! 

sanddunes-australia.jpg

Day 9 - living in New South Wales, Australia

I consider myself very lucky to be able to live and travel around Australia and my state of New South Wales so easily and still be in awe of every new corner I’m discovering.

This photo is from the Stockton Sand Dunes, 2.5 hours from Sydney, I’ve been only twice but I really want to go back again as the landscape is so magical and mystical. Plus, there’s so much to explore around like Port Stephens, Newcastle and more!

The landscapes in Australia, whether by the sea or inland, are just incredible. This is also such a big country, you can never go bored of travelling around!
 

iron-building-new-york-city.PNG

Day 8 - New York City 🗽

I’ve only been twice to New York City but I have so many stories attached to it weirdly

First, a funny one when I went to NYC in August 2001 for the first time with my parents. My mum made me walk countless kilometers to see this building, the flatiron building, because she was obsessed with seeing its unusually shape. I can still remember asking how much long I would have to walk to see it and after probably asking a billion time, we finally made it! I was exhausted but happy we made it and thought this building was quite funny

Of course when I came back for the second time in 2012 before studying in North Carolina, I had to go back to this specific place with such a vivid memory of it. The building was as impressive as I thought it was back then but I didn’t think the walk was that long then! I’m pretty sure we didn’t walk that far in the end, how funny it seemed like forever as a kid!

But I also have a more emotional memory about NYC. As I said above, I discovered the city in August 2001 and passed many times in front of the World Trade Center. Weirdly, we never went up the towers. My dad just didn’t feel like it and I honestly really don’t know why we didn’t go up. Maybe we had a feeling...

Needless to say when 9/11 came and I was just getting out of my school day, I was terribly
shocked and sad of what had happened and
how just a few weeks before I was just standing in front of those towers where people were coming in and out.

So once again when I went back in 2012, I had to visit the memorial which was also super emotional. Just standing in front of those massive fountains and reading each name of every person in those towers was just... I was speechless.

But there’s so many other cool memories I have made with NYC. Getting massive slices of pizzas at the local delicatessen, walks in Central Park or on the high line in the upper west side, Brooklyn views, checking gossip girl spots and more...

seal-bay-kangaroo-island.PNG

Day 7 - I missed a flight... 🛫

This one’s for the mini-meltdowns and struggles of travelling!

Don’t be fooled, getting to this magical island of Kangaroo Island and *finally* be able to observe those funny creatures that are sea lions from Seal Baywasn’t as easy and seamless as I imagined.

Last year, I thought it would be a good idea to leave about 1h30mn before our flight to Adelaide from Sydney. That was on the 27 December, aka one of the most busiest times of the year to fly domestically.

I also thought it would be a good idea to leave only one hour and half in advance given that we had to park the car at the airport (I was living a bit far at the time) and then catch the shuttle from the car park to the airport. 

What I didn’t take into account: car park was full so had to park on the edge hoping it’s ok (I booked before though!), shuttle took forever to come get us, the most insane lines I’ve ever seen for check in, virgin airlines system totally broke down anyway but weirdly they didn’t want to take us.

So missed the flight. And although I was a bit angry but still calm, managing my annoyed French family was another thing. Luckily the VA staff saw my despair on my face and booked us on the next flight, for free! Relieved.

But next problem: we would miss the ferry to Kangaroo Island. And did I mention busiest time of the year? Back to the start: now finding a way to go to Kangaroo island in time to not loose 3 nights of accommodation non-reimbursed. Ouch. Thank god after countless calls with Sealink (who’s staff was so lovely), they booked us on the last ferry of the day! I mean, we even considered flying to kangaroo island. After all that, we made it to this amazing place. 

Moral of the story: take your time before flying during the holiday period, don’t book flights and small ferry transfers to small islands back to back, don’t let your family get into a mini-meltdown. And, have a nice holiday!

new-zealand-beach.JPG

Day 6 - Arriving late at night to discover new landscapes!

After traveling through a big part of New Zealand, we finished by settling down for a few nights in Baylys Beach on the north of the north island.

After a long drive we arrived pretty late and saw the relatives of my boyfriend and didn’t get to the place till it was pitch black. And as we arrived in a small sea side town, we really didn’t know what to except nor could see much when we arrived. I still remember though the very rough and heavy noise of waves rumbling down the beach, not far from our little cabin, and wondering what it looked like up there.

So of course when the sun came out in the morning, I just couldn’t wait to see this beach. And I wasn’t disappointed! The light on that morning was just incredible and on top of that, there was no one else on the beach!

I wish we could stay a little longer and that I took a few more pictures with that incredible light. But in the end it was such a nice moment, that’s all that matters really.

 

seoul-views.JPG

Day 5 - if life gives you lemons, make lemonade! 🇰🇷

Last June, I had a 20-hour layover in Seoul, South Korea between my way from Australia to Europe. A little detour but I was determined to make the most of those 20 hours.

I decided really last minute on where to sleep, what to see and get a bit of advice from a dear friend as well. I was running short on time so literally downloaded maps and guides for the plane and figured out what I’d do when on the plane.

What I didn’t expect was an amazing supercity, bustling with energy, between traditions and technology and a totally new scenery for me. Now I just can’t wait to plan a trip back to Seoul and to discover more of South Korea as I am quite unfamiliar with its culture still. Funny fact: I’ve never had Korean BBQ!

So I’m super grateful for having this 20-hour layover between my planes and having discovered a brand new country and culture. You can read all about it here in my blog: 20-hour layover in Seoul: My experience. Random travel opportunities like that are the best! 

crescent-head-surfing.JPG

Day 4 - Travel photography 📸

What I love about photography when travelling is the spontaneity of it. When I was on this little weekend escape and discovery this new place last month, I was walking over to the headland when I noticed this group of teenagers ready to hit the water.

I already thought it would be a good shot but then they all lined up perfectly with their surfboard and I was so glad I could capture that moment. So I guess that’s true for any travels or escapes, when spontaneity hits it can make amazing pictures!

wombat-kangaroo-valley.JPG

Day 3 - Wombats, wombats, wombats...

I haven’t posted a wildlife shot in a long time and thought about this funny story while I was camping in in Kangaroo Valley last year. We were at this cute and basic camping called Bendeela and as the sun was setting, wombats and wallabies arrived as well.

It was amazing seeing them so close and observe them munching on the grass. .
What wasn’t amazing though, was once we were sleeping in our tent to hear them literally crunching the grass right next to our tent. I am sure I literally felt one wombat next to me eating extremely loudly. A bit annoying when you want to sleep

At one point of the night, my boyfriend even thought a wombat entered the tent and quickly moved his arms around as to defend himself. Turned out it was just me moving around because I couldn’t sleep, it was so ridiculous, I laughed so hard haha.

So yeah observing wombats is great but sleeping next to them isn’t that fun

san-francisco-solo-travel.JPG

 

Day 2 - Travelling Solo

I absolutely loved travelling solo to this wonderful city and the feeling of freedom when travelling alone was just amazing.

I was surprised at the different reactions I got when I said I was travelling alone (positive and negative) and how weirdly it isn’t yet totally accepted! I wrote a blog post about that which I still didn’t publish but promise it will come out.

Re-discovering San Francisco after 7 years was also really fun. To go back in places I knew, to discover new ones and try to live like the locals! I also met up with a friend I hadn’t seen for almost 5 years!

My favourite part of this solo trip in SF was to hire a bike and bike 12 kilometres in one day around SF. I had so much fun!

This trip definitely makes me want to go on more solo trips and made me learn one thing: although travelling solo you are never ever alone. You meet so many people!

christmas-surf-mollymook.JPG

Day 1 - Travelling for Christmas! 🎄

This one’s a bit special because it’s Christmas! So merry Christmas to wherever you are in the world and I hope you had or will have a wonderful time surrounded by loved ones 💓

Although I wanted to travel so bad this end of year, I decided to stay in Australia and explore a bit more of the Shoalhaven region of New South Wales with my family. .
I especially chose this place so I could surf everyday during my little break and mostly on Christmas Day! I never surfed on Christmas Day before so this was for me quite fun and made me super happy!

But most of all this holiday, I’ve decided to kick back a bit and enjoy just relaxing and not go exploring all the time. Something I don’t do often because I can’t really stay still haha...

Just a few days now before the end of the year now, watch out for my best nine of 2017 in my stories soon and a few more snaps before the year ends!

And that's a wrap for my travel stories of this year! Hope you enjoyed those and watch out for many more stories in 2018 :) 

Comment

De l’Alaska à Ushuaia - le voyage ultime des amériques

Comment

De l’Alaska à Ushuaia - le voyage ultime des amériques

C’est le genre d’aventure qui vous donne envie de tout plaquer pour un aller simple vers le continent américain. Il y a seulement quelques mois, Gaëlle, revenait d’un très long voyage d’un an en ayant traversé la plupart du continent; de l’Alaska à Ushuaïa.

Je lui ai posée quelques questions pour en savoir plus sur cet incroyable périple. Attention, cela va vous donner des envies de voyages!

Gaëlle et Noëmie au Carnaval de Rio 

Gaëlle et Noëmie au Carnaval de Rio 

Marine: Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Gaëlle: Je m’appelle Gaëlle, j’ai 25 ans et j’ai terminé mes études en communication il y a (déjà!) deux ans. Pendant ma licence j’ai fait 6 mois d’Erasmus à Valence en Espagne qui m’ont donné le virus du voyage. J’y vivais d’ailleurs avec une mexicaine qui est depuis une amie et que j’avais été voir pendant un mois il y a 3 ans. C’était mon seul voyage en dehors de l’Europe avant ce grand roadtrip.

Guatapé, Colombie.

Guatapé, Colombie.

Pourquoi avoir choisi ce voyage et quel était ton parcours du début à la fin?

Depuis quelques années mon rêve était de traverser le continent américain du Nord au Sud, autrement dit d’Alaska à Ushuaïa. Je trouvais ça tellement dingue que c’est longtemps resté à l’état de rêve. Et puis à la fin de mes études sans mec, sans enfants, et sans travail en vue, je me suis dit que c’était le bon moment pour partir ! J’ai embarqué avec moi ma coloc et nous sommes parties toutes les deux sur la route.

Au moment de notre départ on avait prévu de faire les Etats Unis, le Costa Rica, le Mexique et Cuba… On ne voulait pas être trop gourmandes mais on avait la ferme intention d’aller au bout de notre objectif quand même ;). Se sont finalement ajoutés le Guatemala, le Panama, la Colombie, l’Equateur, le Pérou, la Bolivie, le Paraguay, le Brésil, l’Uruguay, l’Argentine, le Chili et la Guyane française : 16 donc au total ! Nous sommes parties 14 mois.

Tulum, Mexique.

Tulum, Mexique.

Parlons logistique, comment as tu fait pour financer ton long voyage, et une fois sur place comme planifiais-tu de pays en pays ?

Je l’ai financé avec les économies de toute ma (jeune) vie lol ! Et j’ai trouvé du travail pendant 7 mois entre la fin de mes études et le départ pour en mettre encore plus de côté. Bon il est aussi possible qu’en cours de route j’ai fait un petit prêt auprès de mes parents… J’ai eu la chance qu’ils m’encouragent dans ce projet et me donnent les moyens d’aller jusqu’au bout.

Hollywood Hills, Los Angeles.

Hollywood Hills, Los Angeles.

Quel est ton meilleur souvenir ?

LA question qui tue ! Que tout le monde te pose à ton retour et à laquelle tu as tant de mal à répondre… Il n’y en a pas un car je pense tout de suite à la découverte du Grand Canyon, au carnaval de Rio et au glacier Perito Moreno en Patagonie…mais je crois que notre séjour de 4 jours dans la forêt amazonienne restera parmi les meilleurs.

On a pêché le piranha, construit un camp de fortune en pleine jungle dans lequel on a dormi, rencontré une communauté qui vit entourée de singes, serpents, toucans et j’en passe ! On a vu des dauphins roses, été à la chasse aux bébés caïmans en pleine nuit noire, découvert des plantes médicinales qui pourraient guérir de nombreuses maladies chez nous, débattu sexualité avec le chef du village et notre guide autour de caipirinhas… Autant de choses que je n’aurai jamais pensé faire un jour dans ma vie !

Glacier Perito Moreno, Patagonie, Argentine.

Glacier Perito Moreno, Patagonie, Argentine.

Quelle a été ta pire galère ?

Il y a eu le vol de mon sac avec portable, lunettes, carte bleue sur la plage de Copacabana, la facture salée de 800$ aux urgences de Las Vegas pour un mal de dent que personne ne m’a soigné (le médecin m’a osculté avec son flash d’Iphone lol) et la panne de voiture en pleine tempête tropicale au fin fond du Costa Rica.

Mais la plus grosse galère que nous avons connu concerne surtout mon amie. Lors d’un pique nique à San Francisco, du jus de concombre avait coulé sur son passeport faisant une petite tache sur le côté de sa photo. Nous avons pris des dizaines de vols avec ce document sans aucun problème jusqu’à notre départ du Guatemala où la personne de la compagnie aérienne a refusé de la faire partir prétextant que les contrôles douaniers du Panama, notre prochain pays, étaient très stricts et que ça ne passerait pas.

Playa estrella, Panama.

Playa estrella, Panama.

On a pas voulu perdre deux billets d’avions alors je suis partie seule en pensant qu’elle allait faire un passeport d'urgence et qu’elle serait là 2-3 jours plus tard. Ça a finalement duré un mois… Le passeport d’urgence ne fonctionnait pas il a fallu attendre le passeport biométrique de France et une fois celui ci arrivé il y a eu d’autres problèmes. Pour commencer l’ambassade lui avait repris son ancien passeport et elle n’avait plus le tampon d’entrée sur le territoire guatémaltèque.

Une fois ce problème résolu, mon amie a réservé un vol à l’aéroport mais ne l’a pas payé car il lui manquait un papier qu’elle devait ramener le jour du départ. Elle n’a finalement pas pu prendre ce vol car le jour J après 2h d’attente on lui a annoncé que sa place avait été revendue. Et le jour du vrai départ une coupure d'électricité à l’aéroport a failli lui faire rater son vol et un ouragan qui s’abattait sur le Panama a failli annuler son arrivée !

Autant te dire que quand je l’ai vu apparaître à l’aéroport de Panama City j’étais soulagée ! Je pense que ça restera notre plus grosse galère.

Cienfuegos, Cuba.

Cienfuegos, Cuba.

Quels conseils donnerais-tu aux voyageurs voulant tenter cette aventure ?

De se lancer ! C’est souvent le plus difficile car notre subconscient nous pose plein de barrières et parce que ce n’est pas évident de sortir de sa zone de confort mais franchement OSEZ. Vous ne le regretterez pas !

De manière plus concrète de voyager léger (pas vraiment notre cas ahah..), de consulter les saisons notamment en Amérique centrale pour éviter la saison des pluies et des ouragans (pas vraiment notre cas non plus lol) et de tenir un journal de bord. Au quotidien c’est parfois un peu lourd à faire mais au final on est tellement content d’avoir noté tous ces souvenirs et de pouvoir les relire à l’infini…

La tente de Gaëlle et Noëmie au milieu de Monument Valley. 

La tente de Gaëlle et Noëmie au milieu de Monument Valley. 

Voyager solo en tant que femme devient de plus en plus commun mais souvent beaucoup on du mal à faire le pas. Sur ce sujet, quel était ton ressenti durant un si grand voyage et as tu des conseils ?

Je n’ai pas voyagé en solo et honnêtement je ne sais pas si j’aurai été capable de le faire sur une si longue période. Mais pendant le mois passé au Panama et au vu des retours que nous avons eu de filles rencontrées qui voyageaient seules cela se fait très bien !

Gaëlle et Noëmie avec Princessa,  de 4m et plus de 30kg dans la foret amazonienne.

Gaëlle et Noëmie avec Princessa,  de 4m et plus de 30kg dans la foret amazonienne.

Partout où tu vas tu rencontres du monde et tu partages des moments parfois même un bout de chemin alors au final tu n’es jamais vraiment seule ! Le conseil c’est de ne pas avoir un programme trop prédéfini car c’est souvent en fonction de ces rencontres que l’on sait ce qu’on va faire le lendemain.

Il faut être ouvert(e) à l’imprévu ! Mon amie m’avait aussi offert le livre numérique “L’art de voyager seule quand on est une femme” qui donne des pistes sur de très nombreux sujets et qui prouve que c’est possible !

Sambodrome Rio de Janeiro, Bresil

Sambodrome Rio de Janeiro, Bresil

De tous les pays, y a t il un en particulier où tu te verrais bien vivre au long terme ?

A choisir le Brésil je pense et surtout Rio de Janeiro, une ville où nous avons passé en tout un mois et qu’on a adoré ! Il fait beau, chaud, il y a la mer et les montagnes tout près et les cariocas (habitants de Rio) sont super chaleureux !

Cette ville a une vraie identité culturelle et une histoire très riche ce qui la rend d’autant plus intéressante. En plus le Brésil est un pays immense et je pense qu’il y a de quoi faire en terme de voyage pour de nombreuses années.. Nous n’avons pas fait les plages du nord mais il parait qu’elles sont magnifiques.

Et puis comme ils parlent portugais cela me permettrait d’apprendre une nouvelle langue !  

Chutes d'Iguazu, Argentine et Bresil.

Chutes d'Iguazu, Argentine et Bresil.

Quelle est ta prochaine aventure ?

L’Asie j’espère ! J’aimerai partir entre 4 et 6 mois pour découvrir ce nouveau continent. Je rêve aussi de traverser la Russie avec le transsibérien et de visiter le Canada, un pays que nous n’avons pas pu faire pendant notre périple.

Bref, les projets de voyage ne manquent pas ;)

Quelques photos en plus de magnifique voyage de Gaëlle:

Mont FitzRoy, Patagonie, Argentine.

Mont FitzRoy, Patagonie, Argentine.

Montagne Vinicunca ou montagne aux 7 couleurs, Perou.

Montagne Vinicunca ou montagne aux 7 couleurs, Perou.

Coucher de soleil sur la pirogue, Foret Amazonienne.

Coucher de soleil sur la pirogue, Foret Amazonienne.

Singe dans la foret Amazonienne

Singe dans la foret Amazonienne

Comment

Une rencontre magique avec les gorilles d’Ouganda

Comment

Une rencontre magique avec les gorilles d’Ouganda

Partir à l’aventure pour rencontrer les magnifiques gorilles de l'Ouganda n’est surement pas votre programme habituel de vacances. Et pourtant, cet entretien avec Rosie Richardson, une accro du voyage et directrice chez Mosaic Travel, pourrait vous tenter de prendre un billet pour le pays africain dans l’heure qui suit !

Découvrez mon entretien avec Rosie sur cette aventure incroyable ci-dessous et décidez par vous-même si votre prochain voyage devrait être au coeur de la faune et flore d’Ouganda.

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes et à votre souhait de voyager ?

Je suis une adepte du voyage ! Mon premier grand voyage fût mon déménagement pour un an en Angleterre à l'âge de 18 ans. J'aimais la liberté que le voyage me donnait, et j’ai pu explorer beaucoup en Europe pendant cette période. J'ai aussi vécu en France et en Turquie. Je suis maintenant directrice d'une agence de voyage, alors je suis en mesure d’organiser des voyages pour d'autres personnes, et tout cela comme mon travail !

Pouvez-vous me donner un aperçu de votre aventure en Ouganda, pourquoi ce pays et cette aventure si particulière ?

Voir les gorilles aussi rares dans leur habitat naturel a toujours été sur ma liste de voyages à faire. De temps en temps, en tant qu'agent de voyage, un voyage «éducatif» est possible. Quand celui-ci a atterri dans ma boîte de réception, c'était trop bien pour laisser passer !

Quelle était l’organisation pour voir les gorilles et quelles autres découvertes avez-vous faites ?

Il est très difficile de voir les gorilles. Vous devez réserver très longtemps à l’avance car les permis sont extrêmement limités, et vous devez avoir un gros budget. C’est très cher pour faire le trek dans cette partie du monde ! Le permis seul, qui vous permet d'accéder au parc national, coûte environ 1000 $ pour un jour !

En plus de trekking pour les gorilles en Ouganda, nous avons également eu la chance de voir des singes dans la forêt, des zèbres, des lions, des éléphants et des hippopotames en safari.

Rosie pendant le trek en Ouganda. 

Rosie pendant le trek en Ouganda. 

Y a-t-il eu des défis pour voir les gorilles ?

Il y a de nombreux défis ! Une fois que vous avez surmonté le défi financier et que vous arrivez enfin en Ouganda, vous devez être préparé. Nous avons dû porter des vêtements de safari spéciaux - à manches longues, couleurs adaptées, etc. pour notre trek, et nous devions être en forme physiquement. La montée pour voir les gorilles est raide. Vous pouvez marcher pendant 20 minutes, ou 8 heures, selon l'endroit où les gorilles sont ce jour-là. Nous avons eu de la chance de ne marcher que pendant une heure avant de les voir.

Quel était votre meilleur moment ?

Le moment où nous avons vu un gorille, juste assis dans la broussaille à seulement trois mètres de nous, grignotant des feuilles, c'est un moment que je n'oublierai jamais. Ce sont de belles créatures, et qui nous ressemble !

Ce voyage a-t-il changé votre point de vue sur les animaux et l'environnement où vous en aviez déjà conscience ?

Je me suis rendu compte, depuis ce voyage, que la conservation de la faune, de la flore et de l'environnement est très importante. Bien sûr, je m’en étais rendue compte avant, mais lorsque vous voyez l'impact de la pollution et de notre environnement moderne sur ces gorilles, cela rend le problème très réel. L'Ouganda fait beaucoup pour la conservation, et je pense qu'ils y font un travail fantastique.

Quels seraient vos conseils pour les autres voyageurs souhaitant partir en Ouganda et voir les gorilles ?

Faites-le! Malheureusement, ces gorilles risque de ne pas être là pour toujours donc allez les voir dans leur habitat naturel tant que vous le pouvez, c'est magique. Tout l’argent que vous avez mis dans votre permis est également reversé à la conservation locale, et en plus vous employez des guides locaux et des porteurs, ce qui est idéal pour la communauté.

Quelle est votre prochaine aventure ?

Nous partons à Bali pour notre lune de miel ! Ce n'est pas une grande aventure, mais on a hâte de se détendre dans le luxe pendant 2 semaines ! Puis, en juin, je serai en Croatie à diriger un tour en groupe.

Comment

Un Road Trip Nord Américain Extrême sur la Great Continental Divide

Comment

Un Road Trip Nord Américain Extrême sur la Great Continental Divide

pic2.jpg

C’est LE road trip nord américain pour les aventuriers en quête de paysages à couper le souffle aux États-Unis et Canada. Rob Boegheim, directeur général de Hema Maps, a décidé de se lancer avec sa compagnie dans un défi unique durant l'été 2016 avec un voyage de 10 000 kilomètres à travers les États-Unis et le Canada et en cartographier une bonne partie. Avec seulement trois mois pour faire le voyage, Rob et son équipe ont pris les sentiers les plus élevés d’Amérique du Nord, passant jusqu’à plus de 3900 mètres et à travers des pistes et terrain montagneux. Découvrez en plus sur l'aventure de Rob, ses hauts et les bas et comment se préparer pour un tel road trip où que vous soyez dans le monde.

Comment avez-vous choisi et planifié les endroits où vous êtes allés?

Avec Hema Maps, j’étais en quête d’une expédition nord-américaine forte et qui mettrait en valeur ce que Hema est et ce que nous sommes capables de faire. Nous avons parlé à nos partenaires en Amérique du Nord - Shane Williams de TCT Magazine et Chris Cordes  de Expedition Portal - qui nous ont informé que cela faisait longtemps que personne n’avait cartographié la Great Continental Divide.

La Great Continental Divide est une chaîne de montagnes continue allant du bas de l'Amérique du Sud jusqu’au sommet de l'Amérique du Nord. Nous avons choisi la section commençant à la frontière du Mexique jusqu’à Prudhoe Bay en Alaska, un voyage de plus de 10000km (6000 miles).

Comme Hema Maps est une compagnie de 4x4 et de navigation, nous ne voulions pas prendre la route la plus facile. Là où beaucoup de voyageurs pourraient faire l'itinéraire sur des routes confortables, avec Hema nous étions plus concentrés sur les pistes accessibles aux 4x4 pour traverser au plus près de la Great Continental Divide.

 

Continental Divide

Quel était votre itinéraire exact et avec qui avez-vous voyagé pendant ces 3 mois?

L'équipe se composait de moi-même en tant que chef d'expédition, Chris Cordes de Expedition Portal pour la logistique et le support véhicule ainsi que de Shane Williams de TCT Magazine, pour la planification de l'itinéraire.

Les sections que l'équipe a couvert sont:

  • Recce et le sud du Nouveau-Mexique - Rob Boegheim (1 semaine)
  • Nord du Nouveau-Mexique et du Colorado - Chris Cordes, Sam Hayward, Rob Taylor (3 semaines)
  • Wyoming et Montana - Shane Williams et sa famille (2 semaines)
  • Canada et Alaska - Rob Boegheim et sa famille (3 semaines)
  • Nord du cercle arctique - Chris Cordes et George Muratidis (1 semaine)

Quel préparation avez-vous fait et quel matériel aviez vous?

On a pu tirer parti des nos connaissances en Amérique du Nord, comme leur demander de confirmer les caractéristiques géographiques et physiques de l'itinéraire. Nous avons aussi téléchargé notre itinéraire prévu et proposé des pistes pour le Hema Explorer Cloud, le logiciel qui nous a permis de partager et de collaborer avec Shane et Chris en ligne directement. Nous avons aussi utilisé autant de cartes imprimées et numériques que nous pouvions trouver sur les régions que nous explorions.

Chaque chef d'équipe a planifié l'itinéraire quotidien pour leurs sections respectives. Nous avions un plan d'ensemble où nous voulions aller et à quelle heure nous voulions toucher les points de la Great Continental Divide, mais nous devions également être flexible avec l'itinéraire car des problèmes pouvaient être rencontrés à tout moment, et le temps était imprévisible.

Au cours de l'année précédant l'expédition, nous avons effectué une demi-douzaine de voyages de courte durée dans l'ouest des États-Unis, plus précisément le Colorado et la Vallée de la Mort, afin d’observer le terrain. Nous avons utilisé nos véhicules australiens pour améliorer nos propres compétences en conduite 4x4, en particulier sur les routes enneigées ce qui est une expérience moins courante en Australie. Chaque membre de l'expédition devait suivre une formation 4x4 deux fois par an ainsi que des cours officiels de premiers soins. Nous savions aussi comment réagir en cas d'attaque d'ours - et en effet nous avons vu un grizzli courir le long de la piste en face de nous!

Quel type de véhicule avez-vous utilisé?

Nous avions besoin d'un véhicule qui puisse avoir assez de carburant pour des longue distance, un moteur puissant, un bon axe et qui pourrait remorquer une remorque camping-car tout-terrain. Nous avons décidé d'emmener un de nos véhicules Map Patrol d'Australie, la série LandCruiser 200, un véhicule d'expédition longue distance très bon avec les ascensions techniques. Cela était plus pratique car il était déjà prêt pour l'expédition et d’un côté nous apportions aussi un peu de Hema à l’Amérique du Nord.

Continental Divide

Une fois sur la route, avez-vous rencontré certains défis concernant le voyage, mais aussi pour la cartographie?

Il y a tout un réseau de pistes, et nous voulions choisir un itinéraire agréable, d’ampleur et sûr pour tous. C'était un défi parce que vous ne savez jamais à quoi vous jusqu'à ce que vous y êtes.

La distance était également un défi, en particulier lorsque qu'il a fallu pour cartographier un itinéraire très long et en détail à cause de la densité des pistes, des campings et tout le reste. Aussi, nous avons eu quelques nouveaux explorateurs Hema quit on rejoint le voyage en cours donc ils ont dû prendre une formation supplémentaire sur le processus de cartographie.

Nous avons également eu plusieurs blizzards de neige dans l'Artic et dans le Colorado les pistes ne se rouvrent pas jusqu'à ce que la neige soit dégagée. Il y avait seulement quelques pistes, telles que Mosquito Pass, qui sont restées fermées jusqu'à plus tard dans la saison.

Quels ont été vos meilleurs moments?

Les paysages spectaculaires de montagne que nous avons traversé. Nous traversions régulièrement des cols de montagne qui mesuraient de 3000 à 3900 mètres comme au Colorado. Une vraie carte postale. Pour un australien habitué des pistes, c’est le genre de terrain praticable seulement en randonnée ou ski. Nous conduisions sur des montagnes qui étaient plus élevées que n’importe quoi en Australie, pas comparable à nos alpes australiennes.  

Une autre super moment était de passer par le Mosquito Pass seul, qui est le plus haut col de montagne en Amérique du Nord, avec seulement ma caravane derrière moi. C’était aussi le premier jour que la route était ouverte pour la saison.

Enfin un autre moment mémorable a été le long de Canol Rd, la partie nord-est du territoire Ukon au Canada. La route a été construite pendant la deuxième guerre mondiale pour établir un oléoduc pour les Territoires du nord-ouest à l'Alaska afin d’assurer l'approvisionnement de pétrole pour la guerre. C'est une piste vraiment solitaire qui sort de la frontière des Territoires du Nord-Ouest d'Ukon. Le paysage était tellement spectaculaire, surtout à l'extrémité nord, et très éloigné. J'ai toujours su que ce serait l'une des plus belles routes que j’ai faite. J'ai parlé avec certains chasseurs le long du chemin qui m’ont recommandé une piste dérivant à gauche de la route. Ce n'était pas sur la carte que j'avais mais c’est toujours passionnant pour moi d’arriver sur une piste qui n'est pas sur une carte.

Pour suivre cette piste tout le chemin à l'ancienne mine et tout le temps être en mesure de regarder à travers la vallée à la neige plafonnée gammes de l'autre côté et de trouver de beaux campings. C’est le genre d'endroit qui vous remettent en cause: est ce que je devrais le mettre sur une carte ou le garder comme un lieu secret pour moi-même? Nous avons même eu l'occasion de nous rapprocher d'un lion de neige.

Continental Divide

Quels points recommanderiez-vous aux voyageurs désireux de prendre la même route? Quels sont vos conseils pour les avides de road trip qui veulent utiliser les cartes de la meilleure façon?

  • Cela vaut vraiment la peine de voyager sur la Great Continental Divide, en particulier les itinéraires que mon équipe et moi avons fait.
  • Passez autant de temps en Alaska que vous le pouvez. Le paysage est tout simplement magnifique.
  • Planifiez beaucoup de temps dans les sections du Colorado parce qu'il ya tellement de pistes incroyables à voir. C’est comparable à la High Country à Victoria, en Australie, sans autant d'altitude. Si vous voulez être à l’aise pour la section du Colorado alors je suggère d’aller dans le Victoria d'abord.
  • Prenez autant de copies de cartes imprimées pour l'itinéraire que vous pouvez parce que nous avons trouvé que c’était beaucoup mieux que toutes les cartes numériques disponibles.
  • Achetez un véhicule en Amérique du Nord. Cela nous a coûté 10 000 $ par trajet pour expédier notre véhicule depuis l'Australie. Les 4x4 sont beaucoup moins chers en Amérique du Nord qu'ils le sont en Australie, mais vous aurez également besoin de quelqu'un pour le configurer correctement pour une expédition et avant que vous sachiez qu'il est fiable.
  • Obtenez une remorque camping-car.
  • Nous avons constaté que la plupart de l'itinéraire, sauf pour le Colorado, n'était pas très technique, donc vous n'aurez pas besoin d'un guide. Vous allez conduire sur des routes de mauvaise qualité en général mais de meilleure qualité que nous avons ici en Australie.
  • Les installations de camping le long de la route sont de haute qualité. Les services de parc national aux Etats-Unis et au Canada ont fait un excellent travail en mettant en place des campings de qualité, donc vous n'avez probablement pas besoin de prendre autant d’équipement comme en Australie.
  • Préparez-vous et prévoyez les changements de conditions météorologiques - tel une routine à prendre pour tout ramasser en cas de pluie.

Continental Divide

Y at-il un road trip que vous recommanderiez également en Australie?

Je recommande fortement faire la traversée du désert Simpson, mais assurez-vous de choisir la piste la  plus solitaire et silencieuse possible. J'adore les grands espaces où l'on peut se faire une idée de l'immensité et de l'isolement, en plus des belles couleurs à l'horizon et des étoiles la nuit. Nous sommes dans un monde qui change rapidement mais une fois là-bas tout seul ou en groupe, vous oubliez tout. Ce sentiment me revient lorsque je me souviens m’être arrêté sur un lac salé au milieu de nul part en essayant d’avoir une vue panoramique du ciel. Cela a remis beaucoup de choses en perspective pour moi.

J'ai moi-même poussé les limites de ce que je connaissais du territoire en effectuant un voyage cross-country au centre du désert Simpson. J'ai eu la chance de faire un voyage qui n'avait pas été cartographié ou marqué, suivant les vieilles lignes de tir d'exploration laissé là il y a 50 ans.

Quelle est votre prochaine aventure?

Nous allons étendre notre expédition en Amérique du Nord jusqu’à Baja California, au Mexique, une destination 4x4 populaire pour les passionnés américains de sentiers hors route.

Nous prévoyons également retourner au Cap York cette année. Il ya quelques pistes inexplorées autour de Cape Melville que j'ai essayé d'explorer au cours d'une expédition cartographique antérieure, mais je pas encore réussi à y retourner. Ce que j'aime, c'est toujours mettre de nouvelles pistes sur les cartes pour pour que les autres puissent explorer. 

Vous pouvez regarder la video de Hema Maps et leur expedition ici ainsi que découvrir leur site ici. 

Continental Divide

Comment

World Bites - La Snack Box Qui Vous Fait Voyager Chaque Mois

Comment

World Bites - La Snack Box Qui Vous Fait Voyager Chaque Mois

worldbites-2.jpg

Pour tous les amateurs de voyage et de snacks, c'est peut-être l’expérience culinaire dont vous avez toujours rêvée! La snack box World Bites est une boîte pleine de snacks, chocolats et bonbons surprises venant de partout dans le monde avec un nouveau pays chaque mois. J'ai testé la toute première boîte pour vous, le Japon, et aussi interviewé Kelly, fondatrice de World Bites, pour en savoir plus sur sa passion pour les voyages et sa fameuse box !

Entretien avec Kelly Teng, fondatrice de World Bites

Kelly est une vraie citoyenne du monde. Elle est née en Chine, a grandi en Nouvelle-Zélande, puis a déménagé en Australie quand elle avait 18 ans. La semaine, elle travaille dans le marketing, et maintenant elle vient de lancer World Bites.

Kelly with a Giant Pocky in Japan!

Comment as-tu eu l'idée de World Bites?

J'adore voyager, et je pense que les aliments que vous essayez dans chaque villes et pays donnent un sens aux lieux. Durant mon enfance, mon cercle était multiculturel, donc quelqu'un apportait toujours des casse-croûtes d'un pays différent, et par là nous avons pu découvrir des morceaux de culture - que ce soit la Corée, la Malaisie, les États-Unis ou le Japon. Je voulais partager ce sentiment et cette expérience avec les gens, et les transporter dans un nouveau pays, même si ce n’est juste pour une bouchée ! Une autre chose qui était vraiment importante pour moi était de fournir plus que des snacks. C'est pour cela que chaque mois il y a un livret avec des informations sur chaque snack, et quelques faits sur le pays, afin que vous puissiez vraiment avoir un aperçu de la culture.

Comment choisis-tu les pays et les snacks?

Je suis assez chanceuse de beaucoup voyager pour mon travail donc je choisis les pays suivant  où je voyage, ou ai voyagé auparavant. J'essaie toujours d'alterner les régions - ainsi vous ne recevez jamais deux boîtes consécutives d'Asie, ou deux boîtes consécutives d'Europe. Quand il s'agit de choisir les snacks, cela prend des heures innombrables de recherche (y compris les tests de goût !). J'essaie de trouver des snacks que les gens n'ont probablement pas essayé avant, mais qui sont également très emblématiques du pays - par exemple, le wasabi kaki no tane senbei (craquelins de riz) est très populaire au Japon, mais pas beaucoup de gens en Australie ont essayé cette saveur.

Y at-il un pays que tu voudrais absolument faire?

Je suis vraiment excitée pour la boîte de Janvier, qui est la Chine. J'ai passé beaucoup de temps là-bas enfant et en ai les plus beaux souvenirs comme courir de la maison de mon grand-père jusqu'au petit magasin local où je choisissais un snack différent à essayer tous les jours. J’ai tellement hâte de partager un peu de mon héritage et de mon enfance avec tout le monde !

Quels sont tes snacks préférés?

Est-ce une surprise s'ils viennent tous principalement d'Asie? J'adore Want Want Shelly Senbei Crackers de Taiwan! Ce sont des biscuits de riz salés, mais avec un glaçage au sucre. Ils sont incontournable pour chaque enfant chinois (et probablement la raison pour laquelle mon jean se resserre quand je reviens!). J'aime aussi Pocky et Pretz - toutes les saveurs -, 7D mangue séchée, biltong, Daim chocolat, et la saveur gâteau d'anniversaire Oreos.

Qu’aimes-tu lorsque tu voyages chaque mois dans un endroit différent?

Quand je commence à explorer les snacks d'un pays, j'apprécie toujours le goût et la texture des aliments, mais ce que j'aime vraiment, c'est de comprendre comment les différents snacks sont enracinés dans la culture et l'Histoire de différentes façons. Par exemple, j'ai aimé apprendre que les Kit Kat sont populaires au Japon parce qu'ils ressemblent à l'expression «kitto katsu», ou que la Madeleine française a été inclus dans “À La recherche du temps perdu” de Marcel Proust. J'essaye d'inclure certains de ces faits dans la brochure, afin que chacun puisse se lancer dans un voyage de découverte alors qu'ils essaient de nouvelles saveurs délicieuses.

Pour la boîte du Japon, quel était ton snack favori?

Le kit de bonbons de toilette de bricolage, purement parce qu'il était si bizarre! C'est une collation qui, je pense, représente l'idée que tout le monde a de la culture pop japonaise: excentrique, fou, mais tout simplement géniale à tous points de vue.

The DYI toilet candy! More pictures below

Que pouvons-nous attendre de World Bites pour l'année prochaine?

Bien sûr, il y aura 12 grands pays à explorer à travers les collations, et nous allons également lancer la box cadeau bientôt. Mon rêve ultime serait de me lancer encore plus et de créer des «boîtes de découverte» de chaque pays, où nous réunissons des collations avec des livres et des souvenirs (et peut-être du vin!). Il n’y a pas de limite, vraiment! Je suis excité pour l'année prochaine et j’ai hâte de partager plus de découvertes délicieuses avec chaque personne qui veuille se joindre au voyage :)

Mon commentaire sur la Japan Snack Box

Honnêtement, je n’y connais rien en snack japonais. Je suis allé au Japon pour la première fois à 13 ans et j’ai toujours un merveilleux souvenir de Tokyo et de Kyoto. Cependant, je ne me souviens pas beaucoup de la culture des snacks bien que je suis sûre en avoir essayé quelques uns!

Découvrir la boîte japonaise de World Bites était super amusant et surprenant. Le petit livret fourni m'a vraiment aidé à comprendre les différentes snacks et ce qu'ils représentent. C'est aussi génial de découvrir plus d'informations sur le pays tout en dégustant des nouvelles saveures.

Je les ai tous essayé et il n'y en a pas beaucoup que je n'ai pas aimé! C’était un bon mélange entre bonbons, chocolats, sucrés et salés. J'ai adoré congeler les bâtonnets de chocolat Pocky et essayer de jouer le jeu "musical" sur le dos du paquet tout en les mangeant . Le Kit Kat de Pâques était également étonnamment délicieux avec une saveur de pancake. OUI, saveur pancake !! À ma grande surprise, j'ai aussi survécu aux petits gâteaux Wasabi, étant une vraie trouillard en mangeant un peu épicé. C'était en fait assez bon et j'ai encore plus apprécié !

Mais mon snack favori de chez favori était ... le kit de bonbons de toilettes à bricoler soi-même! Je n'ai jamais vu ou entendu parler d'un tel bonbon comme celui-ci avant et c'était une véritable expérience ! Après avoir “monté” les toilettes, vous devez verser de l'eau dedans et cela mousse magiquement et tout ce qui vous reste à faire est de boire dans les toilettes! Les toilettes peuvent également être ré-utilisés pour des choses très pratiques telles que la plantation d'un mini-cactus.

Dans l'ensemble, j'ai été profondément satisfaite à la fin de la boîte et pas du tout sur ma faim (je me suis assurée de ne pas trop manger au déjeuner haha !). Que vous soyez un gourmand ou pas, cette jolie boîte à grignoter vous donner encore plus envie de voyager pour découvrir toutes sortes de collations autour du monde !

Vous pouvez vous abonner à la boîte de Kelly à https://www.worldbites.com.au/ (pour l’instant que en Australie mais prochainement à l’international aussi). La prochaine boîte à venir est sur le thème de la France (yay !) Et celle d’après sera la Chine, les commandes sont déjà ouvertes !

The box was full of cool and yummy snacks!

I loved the frozen Pocky. So yummy!

The Milk Candy!

The best for the end.... the toilet DIY candy.

The toilet is ready!

World Bites box.

Comment

Un voyage photo à Kuala Lumpur

Comment

Un voyage photo à Kuala Lumpur

image2-min.jpg

Mario et Gareth, deux amis et photographes vivant à Sydney sont partis à Kuala Lumpur en Malaisie. Là-bas ils ont rencontrés leurs amis avec un esprit creatif similaire et ont découvert la culture locale. Découvrez leur voyage et photos à travers cette interview et la galerie en-dessous: 

Photo: Gareth Hayman.

The Frenchie: Bonjour Mario et Gareth! Alors qui êtes-vous?

Mario: Mon nom est Mario, j’ai 22 ans et je viens de l’île de Bornéo. Je suis un photographe basé à Sydney, et cela fait un an que j’en fais. Je me sers d'un Nikon D750 depuis environ décembre 2015 jusqu'à maintenant et j’ai avant commencé avec Canon 7D en Mars 2015.

Gareth: Salut, moi c’est Gareth, j’ai 35 ans et je suis basé à Sydney. Je suis né au Royaume-Uni et ai déménagé en Australie avec ma famille quand j’étais adolescent. Je travaille actuellement à temps plein dans l'industrie informatique et fais de la photographie durant mon temps libre - pour le moment vraiment de la photographie urbaine et de nuit. J'ai d'abord pris un appareil photo Olympus M-m5 à la fin de 2014, mais j’ai récemment migré vers un Nikon plein cadre et je prends des photos surtout avec des objectifs “prime” (14, 24 et 50mm)

The Frenchie: D’où est venue l’idée de ce voyage?

Gareth: Je suis @azzamchemanir de Kuala Lumpur sur Instagram depuis un bout de temps et quand j’ai vu qu'il avait récemment publié un cliché de Sydney, je l’ai contacté pour savoir si il voulait shooter pendant son séjour. On s’est retrouvé quelques jours plus tard pour la marche de Bronte a Bondi. Il a été super cool et m’a dit que si jamais je venais à KL de lui faire savoir et il me fera visiter. Je suis toujours prêt à voyager, même si c’est juste un voyage rapide à l'étranger une fois ou deux fois par an donc quelques semaines plus tard, j’ai pris la décision d’y aller et ai demandé à Mario s'il voulait venir.

Mario: C’était un dimanche après-midi quand Gareth, sa copine Jane et moi sommes partis en expedition pour le weekend. Gareth avait pensé à visiter KL pendant sa pause d’une semaine au travail et je pensais que ce serait formidable pour moi de le rejoindre comme cela faisait 2 ans que je n’étais pas rentré chez moi (à Bornéo) et la date était parfaite comme j’avais des vacances à l’université.  Ensuite, nous avons réservé le vol et l'hôtel et également contacté notre ami @azzamchemanir qui vit à KL. Et finalement belle surprise, nous avons fini sur une rencontre Instagram qui a été tenue par @stevoxmag et parrainé par le gouvernement là-bas.

Photo: Mario Palufi

The Frenchie: Avez-vous été à Kuala Lumpur avant? Quelles étaient vos attentes?

Mario: Non. Grande ville, Petronas Tower et oui la nourriture de rue! Gareth: Ouais j’avais été à KL pendant quelques jours lors d'un voyage autour de l’'Asie à la mi-2015, j'ai toujours su que c’était un endroit que je voudrais explorer encore plus à un certain stade

The Frenchie: Quelles sont les choses les plus cool dans cette ville?

Mario: Il a beaucoup de grands bâtiments, belle architecture et des trucs pas chers, l'hébergement, la bière et la nourriture peuvent se comparer à Sydney. Le mélange de culture là-bas est aussi cool. Vous le verrez dans la rue, avec la nourriture, les gens, les magasins et les choses qu'ils vendent. Gareth: Je suis vraiment attiré par les villes animées asiatiques, KL a des rues et des bâtiments impressionnants à explorer et ne pas oublier l'incroyable nourriture super pas cher!

The Frenchie: Ce qui vous a surpris? (En bien ou pas)

Mario: Une bonne chose qui m'a surpris était le lieu dans la nature appelé Genting Highland où vous pouvez facilement aller depuis la ville en moins d’une heure de route. Il y a quelques temples vraiment uniques avec une atmosphère différente. Chinatown est quelque chose d'autre, il a de la nourriture unique est extrème là bas. J'étais sur le point d'essayer de la grenouille mais j’ai pas osé haha.

Gareth: La seule chose qui m'a surpris le plus était la générosité des gens, tout le monde que nous avons rencontré là-bas nous a accueillis à bras ouverts et nous n’étions jamais à court d'aventures.

Photo: Gareth Hayman

The Frenchie: Quels endroits recommanderiez-vous pour prendre des photos étonnantes ou à visiter? 

Mario: La vue de l’héliport sur le toit au coucher du soleil est un must à essayer lorsque vous visitez cette ville. Il y avait un parking aussi où je suis allé avec des amis et il y a un point de vue de fou sur la ville avec les Petronas Tower et les autres batiments. Gareth: La ville est pleine de possibilités pour la photographie de rue, les trucs habituels comme les tours Petronas sont un must et il y a quelques parkings et des toits assez cool, vous pouvez obtenir de nouveaux angles depuis ceux-ci. Si vous savez où chercher, vous pouvez trouver quelques escaliers fous et des points de fuite. Aussi au sud de KL, il y a un nouveau quartier du gouvernement qui s'appelle Putrajaya avec quelques bâtiments étonnants, des mosquées et des ponts qui valent vraiment la peine d'une visite.

The Frenchie: Avez-vous rencontré les locaux et comment était-ce?

Mario: Yeah! Nous avons rencontré quelques-uns instagrammers locaux (@azzamchamenir, @karyaaia, @huskar____ et beaucoup d'autres) et aussi maintenant nos bons amis. Aussi rencontré quelques-uns des habitants lors de la rencontre à Putrajaya que tenait @stevoxmag.

Gareth: Ouais bien sûr, pendant que nous étions là, nous avons collaboré sur un instameet avec une équipe de magazine local appelé stevoxmag et on a eu la chance d'avoir quelques-uns des gars comme nos guides, ils sont tous très enthousiastes à propos de la photographie, le partage des connaissances et des endroits donc c’était super! La communauté instagram est très active là-bas et nous avons fini par obtenir environ 180 personnes à la rencontre malgré le fait que c’était à 45 minutes en voiture à l'extérieur de KL. C’était une occasion extraordinaire de rencontrer des locales avec le même objectif de création.

The Frenchie: Quelle est votre prochaine aventure?

Mario: Je songe à aller soit à New York ou au Japon en fin d'année. Mais une petite aventure en Australie aussi bientôt. Laurel Hill pendant l'hiver est quelque chose que je pense faire avec la tombée des premières neiges dans cette forêt de pins.

Mario

Gareth: Le mois prochain, je vais voyager à Brisbane pour accueillir le premier instameet #brisbanenightsquad mais la prochaine grande aventure à l'étranger sera soit Hongkong ou au Japon plus tard dans l'année. Je commence juste à regarder les vols et travailler sur itinéraire très cool.

Gareth_GKHZ01-min

Vous pouvez suivre Mario et Gareth odans leur aventures quotidiennes sur Instagram sous les noms: @nightsnlights et @borneon.lad Jetez un coup d'oeil à leurs photos en dessous!

Some more photos from Mario: [envira-gallery id="6242"] [envira-gallery slug="mario-kl"]

Some more photos from Gareth: [envira-gallery id="6243"] [envira-gallery slug="gareth-kl"]

Comment

Un voyage japonais plein de saveurs

Comment

Un voyage japonais plein de saveurs

12675248_10153942008934283_169048420_o.jpg

Photographie au dessus des rues - "Nanba area à Osaka. Les rues au Japon sont tout le temps remplies de foule et de panneau lumineux" Photo: Windar Sudjono.   

Windar, jeune voyageuse et vivant à Sydney a récemment visité le Japon pour la première fois en Décembre. Nous nous étions rencontrées en 2015 grâce à notre passion commune pour la photographie et l’aventure grâce à une réunion organisée par Instagram. Ici, elle me racontz tout de son voyage japonais plein de gourmandises!

 

Dis moi en plus sur toi.. 

Je m’appelle Windar et deux trois trucs sur moi: Je suis très gourmande, photographe amateur, une amoureuse des chiens et une globe-trotteuse. J’espère pouvoir faire encore plus de voyages dans les prochaines années, j’aimerais faire l’Indonésie et le Machu Picchu en premier. En attendant, avec mon fidèle Sony Alpha 6000, je fais des micros aventures dans Sydney.

 

12698956_10153942009269283_1124466615_o

 

Pourquoi as tu eu envie de découvrir le Japon, qu’est ce qui t’inspire la-bas?

Voyager au Japon était sur le top de ma liste de voyages depuis le lycée comme j’avais l'habitude de regarder les dessins animés japonais et de lire des mangas. Après que cette phase soit pasée, mon intérêt pour le Japon s’est un peu éteint. Cependant, l'envie a refait surface après avoir vu beaucoup de photos sur Facebook de mes amis et bien sûr, Instagram. D'une certaine manière, les médias sociaux ont certainement influencé ma décision ainsi que de mon amie de se rendre au Japon. Et aussi, nous adorons toutes les deux la nourriture japonaise.

Quel était ton itinéraire? Quelle est la meilleure façon de se déplacer au Japon?

Franchement, je ne suis pas du genre à “tout improviser” dans les voyages mais cette fois-ci comme ma et mon amie nous étions entrain de passer un programme d’études en comptabilité, on a manqué de temps et nous avons tout faire à la dernière minute. Nous avons commencé avec une nuit à Tokyo, une nuit à Kyoto, trois nuits à Osaka et le reste du voyage à Tokyo. (ndlr: plus de deux semaines en tout).

Ma copine avait seulement organisé la partie à Kyoto et Osaka du voyage la nuit / quelques heures avant de s'envoler. Nous avons convenu que nous allions juste "improviser" pour Tokyo. D'une certaine manière, c’est assez rafraîchissant comme vacances. Ne pas avoir  des horaires fixe et être flexible sur les activités du jour en fonction de nos envies.

Le meilleur moyen de faire le tour du Japon est par les trains locaux dans chaque ville et Shinkansen où il y a des trains à grande vitesse pour voyager entre les villes. En tant qu'étranger, on peut acheter un Japan Rail (JR) pass en agence de voyage à Sydney qui couvre toute la ligne JR à l'exception des deux types de services de trains de Shinkansen.

12696854_10153942008169283_688010304_o

Quel est ton endroit préféré au Japon?

Ooh, c’est une question difficile! Nous avons tout aimé au Japon, mais si je dois choisir un lieu, ce serait Kyoto. J'ai adoré porter le kimono japonais en marchant autour du temple Kiyozumi Dera et de me promener dans le quartier Higashiyama.

J'ai adoré les portes rouges orange vif de Shinto à Fushimi Inari. J'ai adoré le nombre de petits restaurants flottants dans les rues de Kyoto. J’aurais aussi bien voulu avoir plus de temps pour aller à la forêt de bambous et faire du vélo autour de la ville!

12698758_10153942008309283_1735415986_o

"Je ne crois pas avoir eu un mauvais repas au Japon."

Une chose que l'on ne peut pas manquer lors d’un voyage au Japon?

Aller au marché de Tsukiji à manger les sushis les plus frais et les plus bons. Mon amie et moi en avons mangé sur le marché de Tsukiji à 5h du matin. Au début, je pensais qu'elle était folle de suggérer d'aller au marché aux poissons si tôt le matin parce que qui mange des sushis AUSSI tôt le matin. Quand nous sommes arrivés à la station de Tsukijishijo, la foule était énorme et il y avait meme des gens qui marchaient super vite et courraient à moitié! Quand nous sommes arrivés, la ligne était aussi longue que pour le lancement d’un nouvel iPhone sauf que cela arrive tous les jours! Malheureusement, on n'a pas attendu pour Sushi Dai car c’était au moins cinq heures d'attente mais nous sommes arrivés à essayer le soi-disant deuxième meilleur restaurant, Sushi Daiwa - et c’était encore très très bon.

12699095_10153942009144283_354959606_o

 

Comment étaient vos relations avec les gens du pays? Comment sont les Japonais?

Ce sont juste des gens merveilleux! Très accueillant pour les touristes et ils étaient toujours prêts à nous aider de n’importe quelle façon lorsque nous étions perdus. Ils ne parlent pas beaucoup l'anglais donc quand nous avons demandé des directions, ils faisaient de leur mieux pour nous guider vers notre destination. Ils étaient toujours souriants dès que nous communiquions avec eux, très aimables et polis.

12696678_10153942007984283_1911888189_o (1)

Peux-tu m’en dire plus sur vos experiences culinaires - des choses que tu as aimé ou détesté?

Prendre du poids au Japon est tout simplement inévitable. Je ne crois que je n’ai pas eu un mauvais repas pendant le voyage. La nourriture que ce soit dans les restaurants ou la rue étaient incroyable. Mes repas les plus mémorables seraient:

- Sushi Daiwa, Tokyo

- Maisen Tonkatsu, Tokyo

- Ramen Ichiran, Tokyo mais ils ont des restaurant dans tout le Japon!

- Matsusakagyu Yakiniku, Osaka

La seule chose que j’ai detesté étaient la longue attente que nous avons dû faire pour entrer dans un restaurant très fréquenté, mais pour de la grande cuisine, pourquoi pas?

 

Pour les voyageurs ayant des envies de Japon, quels sont tes conseils?

Avoir un budget! Il est très facile de dépenser votre argent très rapidement au Japon - que ce soit shopping, billets de train (si vous n’avez pas le JR pass) ou les frais de nourriture. Je me suis retrouvé à devoir aller au distributeur très regulièrement Et je me suis aussi rendue compte que les choses ne sont pas aussi peu cher en comparaison à d’autres parties de l’Asie. Une autre astuce serait d'avoir une idée approximative des villes et des choses que vous aimeriez faire. Le système du train du Japon est très surprenant pour un premier voyage et si vous n'êtes pas familier avec la langue, les noms de station ou de la région, cela peut être assez difficile.  

12674819_10153942008734283_141266674_o

Quelle est ta prochaine aventure?

Je n’ai rien reservé encore mais je croise les doigts, je devrais aller à Bali en juin avec des amis. Nous voulons faire des randonnées au lever du soleil, avoir notre "eat pray love" experiences et faire du vélo à travers les rizières. Juste passer un séjour de détente. Je me sens tellement zen rien qu’à y penser!

 

 

 

Comment

Burning Man: une autre planète au milieu du désert

Comment

Burning Man: une autre planète au milieu du désert

IMG_32721.jpg

Burning Man m'a toujours intriguée avec les photos reportages et histoires qui en sortait ainsi que le celebre episode de Malcom in the Middle. Je me suis toujours demandée ce qu'était Burning Man derrière le mystère et de quelle façon les festivaliers vivaient l'expérience. 

Remi Jaouen, 29 ans, a grandi à Quimper en Bretagne et est photographe professionnel depuis plusieurs années que j'avais rencontré avec le photoclub de Paris Dauphine. Il a fait des études d’ingénieur à Brest mais ce n’est que vers 23 ans qu’il a réellement commencé la photographie, comme un déclic qui est ensuite devenue une addiction. D’ingénieur à photographe à temps plein, il a souvent la bougeotte et reste rarement au même endroit. Entre Paris et Bretagne, Mariages l’été en France et longues aventures dans le monde entier, cette année il a tenté le mystérieux Burning Man aux Etats-Unis. Il m'a raconté son aventure ainsi que sa traversée des Paris, made in USA.

Lever de soleil a Burning Man. Photo: Remi Jaouen

C’est une belle aventure que tu as fais, quel était ton périple prévu?

Je suis arrivé à San Francisco oú j’ai passé 2 jours à visiter avant de rencontrer Eric Bouvet (ndlr: photographe professionnel régulièrement publié dans Time, Life, Newsweek, Paris Match, NYT magazine et le Sunday Times Magazine) et Olivier Mahory (ndlr: le chef du bureau US pour Paris Match) qui m’ont emmené dans leur camping car jusqu’au Burning Man. Tous les deux étaient là pour un papier pour Paris Match ce qui a été d’une grande aide pour mon organisation. On est donc allé dans ce désert du Nevada en traversant Sacramento.

Après le Burning Man nous sommes rentrés à San Francisco. De là, j’ai trouvé une voiture à amener de Seattle jusqu’à New York ce qui correspondait à peu près au périple que je voulais faire et je ne payais que l’essence. Je suis resté quelques jours à Tacoma me reposer chez une amie, histoire de recharger mes batteries avant ce long périple. J’ai ensuite traversé de nombreux états dans lesquels j’avançais au fil des paysages et des rencontres.

Je dormais dans des motels typiques la nuit, souvent dans de toutes petites villes parfois un peu flippantes, dans des lieux un peu miteux mais clichés de l’Amérique profonde. J’ai donc traversé les états de Washington, Oregon, Idaho, Utah, Wyoming, Colorado et ses montagnes magnifiques, New Mexico et Texas où je suis resté chez un ami du Burning Man, pilote d’avion à qui il est malheureusement arrivé un accident tragique et très soudain. J’ai donc ensuite abrégé la fin du périple et suis allé trouver un peu de réconfort chez un très bon ami d’études qui travaille depuis 2 ans à Colombus dans l’Indiana.

J’étais en retard pour rendre la voiture et je suis rentré d’une traite de chez lui à New York, c'est-à-dire 1200 km sous la pluie battante et dans la nuit, ce qui a été très difficile. L’aventure n’a pas que des bons côtés !

"Il se dit que c’est à partir de sa troisième fois qu’on comprend vraiment le fonctionnement et l’esprit et que l’on profite vraiment de son Burn"

Une participante du Burning Man a Black Rock City. Photo: Remi Jaouen

Pourquoi as-tu choisi de participer à Burning Man? Comment as-tu découvert le festival?

J’ai d’abord vu des photos dans les magazines et j’aimais l’aspect très photogénique : Les gens sont habillés de façon géniale, les véhicules sont déguisés, les œuvres d’art sont magnifiques et toujours très surprenantes d’inventivité, de génie et de technicité.

J’aime les endroits, les communautés où les « règles » de la société, la normalité, la façon de se comporter avec les autres est mise à plat et reconsidérée. Burning Man est un endroit avec ses propres règles, implicites, mais que tout le monde applique. Elles vont toutes dans le sens du respect, que ça soit le respect de l’autre ou de son environnement.

Je ne sais plus exactement quelles photos j’ai vu en premier mais je sais que j’en ai vu beaucoup d’Eric Bouvet, c’était donc amusant d’y aller avec lui pour ma première fois. Pour moi c’était surtout une énorme curiosité car beaucoup de choses différentes se disent sur le Burning Man et j’aime bien tout savoir, maintenant je connais mieux l’esprit du Burning Man et également pourquoi les gens ont tant de mal à le décrire. D’ailleurs il se dit que c’est à partir de sa troisième fois qu’on comprend vraiment le fonctionnement et l’esprit et que l’on profite vraiment de son Burn !

Une "art car" dans le desert. Photo: Remi Jaouen

Peux-tu décrire l’ambiance de Burning Man? Le conseillerais-tu à tous ceux qui rêvent d’y aller?

C’est long à décrire mais j’ai beaucoup aimé le respect et la considération de l’autre. Personne n’est ignoré, et personne n’est plus haut ou plus bas qu’un autre. Ce sont des choses qui m’énervent souvent à Paris: dans la rue ou dans les transports on peut se sentir transparent. Les gens sont souvent durs avec les autres. On s’énerve pour un rien, pour un coup de klaxon les gens sont prêts à se battre...

Je le savais déjà avant, mais le Burning Man est une belle preuve que les gens seraient infiniment plus heureux s’ils se respectaient et s’ils étaient gentils entre eux. Le bonheur est aussi un cercle vertueux. Quand on me fait un sourire dans le métro cela me rend heureux et cela me donne la force de sourire aux autres également. Mais disons qu’avec de petits efforts de respect, la vie pourrait être superbe à Paris, il est temps de s’en rendre compte et de changer nos habitudes ! Et ce n’est pas une question d’argent…

Je ne suis pas sûr que tout le monde vive bien le Burning Man. C’est une expérience à part et si on n’adhère pas à l’esprit, je ne pense pas qu’on puisse l’apprécier. Quelqu’un qui croit que c’est une grande fête avec des trucs psychédéliques, de la drogue et des filles à poil, risque d’être déçu, de se sentir en décalage et repartira sûrement le deuxième jour !

Le Burning Man c’est donc plus un esprit et des valeurs, mais dans ce cadre là c’est ensuite une aventure très personnelle, personne ne vit pareil son Burn et tout le monde le décrira différemment.

Portrait de Totem. Photo: Remi Jaouen

Est-ce que tu peux décrire pourquoi et qui va au burning man?

Il est assez dur de décrire le type de personnes qui y va. Je dirais qu’il y a vraiment des gens d’horizons très différents, de tout âge. D’ailleurs il y a aussi des enfants ce qui surprend les gens qui ne connaissent pas le Burning Man. Mais Black Rock City c’est un immense cocon douillet, tout le monde est bien intentionné donc rien à craindre.

Si vous perdez votre appareil photo pro ou que vous l’oubliez quelque part, vous le retrouverez aux objets trouvés c’est presque une certitude (oups ça m’est arrivé!). Donc emmener les  enfants ne présente pas de danger, même si son aventure Burning Man sera donc à narrer à ses camarades de classe. Les gens sont donc très différents mais se ressemblent sur des valeurs et sur les motivations à venir au Burning Man. L’ouverture de soi à l’autre, la découverte de soi, l’expérimentation, le respect de l’autre, la découverte de l’autre … bref le bonheur de vivre tous ensemble !

La nuit a Burning Man. Photo: Remi Jaouen

Est-ce que ces deux aventures t’ont demandé beaucoup de préparation ou as-tu improvisé sur place?

L’organisation en amont était plutôt budgétaire. Pour le Burning Man il faut quand même un minimum de matériel mais que l’on peut trouver à San Francisco, car de toute façon la place est limitée dans les bagages… J’aime bien improviser car cela laisse une liberté et surtout c’est comme cela que l’on rencontre des gens et que l’on fait des choses que l’on pas aurait pas prévu.

Je travaille avec assez peu de matériel donc l’organisation est assez facile de ce niveau là. Il me fallait juste de quoi pouvoir imprimer et aussi de quoi stocker un mois de photos, deux disques dur qui contenaient les mêmes données pour prévenir toute perte de photo du à un choc ou un vol de disque dur.

"Le Burning Man est une belle preuve que les gens seraient infiniment plus heureux s’ils se respectaient et s’ils étaient gentils entre eux."

Portrait de Pimprenelle. Photo: Remi Jaouen

Comment t’es ensuite venu l’idée de visiter tous les Paris des US?

Visiter New York, San Francisco et autres tout le monde le fait, tout le monde en rêve, et tout le monde connaît plus ou moins. Je suis souvent attiré par les choses auxquelles personne ne s’intéresse. Dans un groupe je préfère discuter avec la personne discrète qui ne dit rien plutôt que par celle qui parle bien et que tout le monde écoute.

Un jour je me suis aperçu qu’il y avait beaucoup de villes appelées Paris aux USA, disons que de les visiter était un prétexte amusant pour voir des villes que l’on n’aurait pas idée de visiter sinon. Pour moi pour connaître et comprendre un pays il faut aller partout, New York par exemple c’est finalement une très grande ville qui ne représente pas les Etats Unis, un pays qui a de nombreuses zones rurales et très peu denses comparé à la France par exemple.

On peut rouler une heure sans voir de trace de vie humaine. Je voulais découvrir donc la partie rurale des Etats Unis. C’était aussi une façon de voir leur vision de la France, et leurs allusions à la capitale. Je trouvais que c’était aussi un bon moyen d’aborder les gens en leur disant “I’m from Paris too”. Mais pas le même Paris.

Paris-compressor

Quelle impression as-tu des différentes Paris que tu as visités?

C’est le point négatif de mon périple, après le décès de mon ami pilote je n’avais absolument pas la force ni le courage de faire tous les Paris et d’aller parler aux gens… J’ai donc visité Paris, Idaho vers le début du périple, c’est le plus petit, 500 habitants où j’ai discuté avec la serveuse du seul restaurant. Puis après l’accident j’ai fait Paris, Texas car c’était sur ma route, j’ai photographié la tour Eiffel et le gardien du mémorial juste à côté, qui m’a raconté des choses sur la ville.  Le soir je l’ai passé dans un bar ou j’étais seul avec le barman, j’ai raconté mes mésaventures et lui les siennes. C’est un moment qui m’a fait beaucoup de bien.

J’ai fait rapidement Paris, Tennessee, qui était sur ma route aussi mais il faisait moche et je n’ai pas trouvé de point d’intérêt. Ce qui est un peu déroutant, c’est la construction de ces villes. Il n’y a pas vraiment de centre-ville. Les américains sont tout le temps en voiture, ils vont dans les zones commerciales où il y a des bars et des restaurants, mais dans les centres villes, même à Paris, Texas, la plus grande des Paris, il n’y a quasi personne au centre-ville, donc pas de vie. Dans leurs zones commerciales ce sont souvent des établissements de grandes chaînes et donc elles se ressemblent beaucoup à travers le pays. Et ça, ce n’est pas très intéressant à photographier.

(Les photos de son road trip entre les Paris: http://remijaouen.com/portfolio_page/road-trip-in-the-us/)

La fin du burning man. Photo: Remi Jaouen

Un moment fort qui t’as marqué à Burning Man et/ou sur la route des Paris?

À Burning Man, j’ai photographié une parachutiste qui m’a donné un billet pour monter dans un avion et voler au-dessus de Black Rock City. J’étais tellement content je l’ai dit à tout mon campement. Chris, un ami du camp, m’a dit qu’il était aussi pilote d’avion pour des sauteurs en parachute.

Lors de mon road trip dans le Texas j’ai fait un assez gros détour pour aller le voir chez lui, il logeait autour du centre de saut en parachute et à côté de la piste en terre au milieu des champs. J’ai même finalement sauté en parachute alors que j’en avais trop peur. Mais je voulais vaincre ma peur et j’ai sauté, c’était une sensation géniale ! La boucle était bouclée.

Le soir on a fait la fête comme des dingues à Austin avec d’autres amis du Burning Man. C’était génial. Je trouvais aussi génial qu’il vive simplement, avec tous les instructeurs autour du centre de saut en parachute et que son travail consiste à conduire un petit coucou tous les jours. Je me disais qu’il n’avait pas peur de voler tous les jours, il vivait en prenant des risques mais au moins il vivait sa passion et profitait à fond de la vie. Je m’étais vraiment fait cette réflexion là en y pensant beaucoup, en me disant que c’était le dur compromis de la vie, dans plein de domaines, même en amour, on profite de la vie quand on prend des risques. Plus on prend de risques, plus on profite, mais plus on a de chance de perdre la vie.

Lui il l’a perdu le lendemain. Il allait atterrir, puis finalement il a redécollé, on ne sait pourquoi, et il a piqué du nez soudainement et est mort dans le crash de son avion, de l’autre côté de la route. Je n’avais jamais vraiment été confronté à la mort dans ma vie et cela a été une expérience très étrange pour moi, surtout dans ce cadre de bonheur. C’était une histoire formidable à la fin tragique.

Remi Jaouen en action.

As-tu dû faire face à certaines difficultés durant ton périple?

Celle-ci a été une grosse difficulté. Je pars du principe qu’il faut être heureux pour aller facilement vers l’autre. Quand on a l’esprit occupé, on a du mal à écouter l’autre à être ouvert. Ensuite j’ai eu juste avant une autre difficulté technique. J’étais à une station essence et ma voiture était toujours à la pompe à essence pendant que je remplissait mon énorme tasse de café. Pendant ce temps un gros pick-up est venu taper ma Lexus et enfoncer mon aile avant. Quand on a des soucis dans un autre pays que le sien, on ne sait jamais vraiment comment cela fonctionne. Finalement toute la station-service est venue me soutenir et me témoigner de tout ce qu’ils avaient vu. La dame du Subway a même appelé la Police pour faire un « accident report », qui est venue mais finalement ça n’a servi à rien. Le gars s’était enfui et malgré qu’un client ait eu le temps de lire 3 lettres sur sa plaque il était impossible de le retrouver et donc impossible de faire marcher son assurance. J’ai perdu ma caution pour la voiture, 350 dollars, ce qui était une dépense que je n’avais pas prévue.

Le soir a Burning Man. Photo: Remi Jaouen

Comment as-tu approché ton aventure au niveau photographie? Improvisation ou préparation?

Je fonctionne plus ou moins toujours de la même façon en photographie donc je ne pose pas trop de questions. Je photographie les moments de joie, les scènes de vie anodines, justement tout ce qui n’est pas particulièrement intéressant mais tous ces petits moments qui finalement font la vie.

J’aime aussi reporter d’une ambiance générale d’un endroit ou d’un évènement, je prends donc des photos assez différentes pour que les gens s’imaginent au mieux le lieu où l’évènement que je veux raconter. Mais je le fais naturellement, sans y réfléchir.

La seule chose pour laquelle j’ai fait un effort lors du Burning Man et lors du road trip c’est de faire plus de portraits. Repérer des personnes intéressantes, avoir le courage de les aborder et d’expliquer pourquoi eux et pas quelqu’un d’autre, puis faire assez rapidement un beau portrait avec un contexte naturel n’est pas forcément un exercice facile. Je suis assez content des portraits que j’ai pu réaliser.

Evenement dans le desert de Black Rock City. Photo: Remi Jaouen

Aurais-tu des conseils pour une fois sur place, niveau budget, organisation, équipement?

Pour le Burning Man, il vaut mieux y aller avec des gens qui y sont déjà été. L’organisation est assez complexe car on a du mal à imaginer de quoi on va avoir besoin une fois sur place. Le mieux est de trouver un camp et de s’affilier. Ce sera une sorte de famille qui vous soutiendra et saura vous aiguiller.

Pour le budget, il y a sur internet des indications avec des gens qui y sont déjà allés. Tout dépend du confort, si on y va en camping-car ce ne serait pas le même budget qu’en tente. Franchement en tente c’est déjà un gros budget, et ça suffit largement comme confort. Avec juste un bon matelas pneumatique, ça dure une semaine et il faut bien dormir !

 

Remi Jaouen quand il ne photographie pas.

Quelle est ta prochaine aventure?

Je ne sais pas vraiment. J’attends de voir ce qui va m’arriver, les rencontres que je fais, les opportunités que j’ai. J’ai justement récemment rencontré une brésilienne avec qui je me suis bien entendu ! J’aimerais aller la voir car j’aime visiter un pays avec des gens qui y habitent, ainsi je vis ce pays plus comme un habitant que comme un touriste. Elle habite à Sao Paulo, une des plus grandes villes du monde, et j’aime bien les grandes villes qui montrent beaucoup de choses sur les humains. Ce sont pour moi de grandes fourmilières dans lesquels il y a une grande mixité sociale et culturelle. Elles ont leurs propres codes.

Je connais bien Paris, forcément, ainsi que New York et j’ai une petite expérience de Mexico City qui est dans le haut du classement. J’aime bien comparer les choses. Bref, ce serait une belle aventure, même si comme toujours dans la vie c’est l’argent qui manque ! Mais je ne vais pas me plaindre je suis revenu il y a peine deux mois du mon voyage aux USA.

 

Remi continue ses aventures photographiques à Paris. Visitez son site pour découvrir plus de son travail ainsi que son reportage de photographie sur Burning Man: http://remijaouen.com/ 

 

 

 

 

 

Comment

Traverser l'Europe avec Europ'raid

Comment

Traverser l'Europe avec Europ'raid

Europeraid-10-of-10.jpg

Carine, 22 ans et en quatrième année d’études en design graphique à Nantes a fait une aventure hors du commun le mois dernier. Pendant 23 jours, elle a parcouru l’Europe dans un Peugeot 205 pour un raid humanitaire, culturel et sportif plein de sensations fortes.

Devant la mairie de la ville qui accueillait les participants, Nowy Sacz, Pologne.

En quoi consiste Europ’Raid?

Europ’raid est un raid humanitaire, culturel et sportif. On traverse l’Europe en faisant 10 000 km en 23 jours à bord de Peugot 205. On emporte également avec nous, près de 2 tonnes de matériel scolaire afin de les donner à des orphelinats de Bulgarie et de Roumanie.

L’itinéraire est simple, on part de la France et on rejoint le point le plus loin de l’Europe, la Turquie et plus particulièrement Istanbul, l’étape la plus importante du raid. On traverse au total 19 pays.

Chaque jour il y a des étapes de proposées dans un road book, ça peut être des cascades, des lacs, des capitales, des grottes, bref, tout ce qui fait la richesse de l’Europe et on fait en moyenne 2 à 3 étapes par jour. Le but est vraiment de voir le maximum de chose en un minimum de temps, je sais pas si on peut traduire ça comme ça, mais c’est du “binge travelling” en quelque sorte.  

Venise, Italie. Credit: Carine Guillaud.

Qu’est ce qui t’as amenée a choisir cette aventure?

L ’association avait posté une annonce dans mon école car elle recherchait des photographes et vidéastes pour couvrir tout le raid. Une occasion en or pour moi ! Faire des photos toute la journée dans des paysages de dingues et voir tout ce que l’Europe peut offrir, c’était plus qu’un rêve. C’était aussi l’occasion de repousser ses limites, de sortir de sa zone de confort. Le soir on dormait parfois à la belle étoile, pas de douches quotidiennes... chaque journée était unique, un pays différent chaque jour, une langue différente, des coutumes différentes, des paysages différents, bref chaque journée apportait son lot de surprises, que ce soit positif ou négatif.

 

"Sur 14 voitures au départ, seuls 8 sont revenus en France."

 

Est ce qu’il faut s’y connaitre un minimum en mecanique ou voitures pour faire ce genre d’aventure?

De prime abord non. Chacun peut se lancer dans l’aventure sans avoir des notions de mécaniques très poussées. Cependant pendant toute la préparation en amont, t’es obligé de t’y intéresser et par conséquent tu apprends vite des choses essentielles comme changer une roue, savoir situer l’alternateur et vérifier le niveau de l’huile. Pendant le raid, on a eu beaucoup de chance car à chaque fois qu’on est tombées en panne, on avait le mécanicien de l’aventure avec nous. Mais la mécanique est la partie la plus difficile et la plus incontrolable du raid, sur 14 voitures au départ, seuls 8 sont revenus en France. Le 2ème jour, nous sommes montées à plus de 2000 mètres dans les montagnes suisses, pour des voitures de près de 20 ans, c’était particulièrement rude.  

"Problème mécanique, on est restées 2h sur place en bulgarie et y a un mec local qui vivait là qui nous a aidé" Crédit: Carine Guillaud.

Qu’as-tu découvert sur le parcours?

Sincèrement j’ai vu tellement de choses… mais ce qui m’a le plus plu c’est Istanbul. L’atmosphère là bas est tellement dingue, les couleurs de la ville sont folles et le dépaysement est complet. J’ai adoré traverser la Slovénie, on en entend pas souvent parler et pourtant c’est le plus beau pays que j’ai traversé, avec ses rivières et ses lacs à couper le souffle. En Bulgarie, j’ai été vraiment marquée par le Bouzloudja. C’est un ancien batîment du parti communiste qui est maintenant en ruine, et tu vois tous les vestiges d’une époque qui n’est pourtant pas si éloignée de la notre. Ensuite plus généralement, on a pu découvrir tous les soirs une manière de vivre et de penser grâce à la population locale. Chaque soir nous avions des bivouacs d’organisés et les gens venaient en masses pour nous accueillir. Les conversations étaient toujours très riches, surtout dans les pays comme la Bosnie ou la Serbie, où les blessures ne sont pas totalement refermées.

Istanbul, Turquie. Crédit: Carine Guillaud.

 

Y-a-t-il un moment qui t’as particulièrement touchée?

Quand on est arrivés en Bulgarie, on nous a installés sur notre bivouac, et on voyait que la ville était un peu en effervescence. Quand on est descendu pour aller manger, 500 personnes nous attendaient. Les habitants s’étaient mis pour certains en costumes traditionnels et nous avait fait une haie d’honneur, c’était dingue ! Ils nous ont fait un spectacle juste pour nous, avec des chants et des danses traditionnels. Un accueil digne d’un président de la république !

"J’ai qu’une envie, c’est de repartir, encore plus loin, encore plus longtemps."

As-tu fait face à des difficultés sur le parcours?

Dans certains pays de l’est, les routes sont vraiment en très mauvais état, et il est parfois arrivé qu’on emprunte des chemins plus que douteux, en serbie on a monté pendant 10 minutes une montagne et arrivés en haut du col, la route était littéralement cassée en deux, et du coup demi tour obligatoire, on était 7 voitures. Hormis ça tout s’est très bien passé.

Le transfagaran, l'une des plus hautes route de roumanie, près de 2000 mètres. Crédit: Carine Guillaud

Qu’as tu ressenti une fois l’aventure finie?

J’arrive pas à atterrir. J’ai qu’une envie, c’est de repartir, encore plus loin, encore plus longtemps. On est partis nous étions 42 inconnus, et maintenant je les considère comme des amis à part entière. Tous les jours on se levait avec l’excitation de découvrir de nouvelles choses, du coup quand ça s’arrête et que tu rentres chez toi, seule, le retour à la réalité est assez difficile. T’as beau raconter ce que tu as vécu à tes amis, tant que tu ne le vis pas, c’est impossible de s’imaginer à quel point c’était fou.

Carine dans sa voiture ultra-chargée.

Quel est le meilleur moyen de se préparer pour ce genre d’aventure?

Il faut se préparer parfaitement mécaniquement parlant. La voiture doit être la plus fiable possible parce qu’elle va vraiment prendre des coups. Bien préparer ses affaires en amont parce que quand on part pendant 3 semaines, avec pratiquement zéro confort, il faut s’équiper (les lingettes C’EST LA VIE.) Et surtout je pense qu’il ne faut rien attendre en particulier, se laisser surprendre de tout, tout le temps. Etre une véritable éponge et prendre tout ce qu’il y a prendre.

Bouzloudja, l'ancienne maison du parti communiste bulgare. Crédit: Carine Guillaud

Quelle est ta prochaine aventure au programme ?

Ah si seulement je savais ! J’ai envie de compléter mon tour d’Europe en faisant les pays scandinaves, et pourquoi pas y faire un stage parce que la culture du design est dinge là bas ! Ensuite je ne fais pas trop de projets, Europ’raid est venu à moi 2 mois avant de partir ! On ne sait jamais ce qu’il peut arriver, dans 6 mois je serai peut être à Sydney qui sait ? :)

 

Un panneau au coin d'un carrefour en Roumanie. Crédit: Carine Guillaud.

 

 

 

 

 

Comment

L’incroyable randonnée du Sentier des Appalaches

Comment

L’incroyable randonnée du Sentier des Appalaches

P5140580.jpg

Chloë de Camara, jeune américaine de 24 ans et diplômée de Université de Caroline du Nord a Asheville en Décembre 2013 en Français et études religieuses vient d’accomplir une aventure hors du commun. Elle a parcouru à pied la totalité du sentier des Appalaches du 25 Mars 2015 jusqu’au 13 aout 2015. Découvrez son interview:

 

Qu’est ce que le sentier des Appalaches?

Le Sentier des Appalaches ou Appalachian Trail (A.T.) est un sentier long-distance tout au long des montagnes Appalaches, entre le mont Springer au nord de la Georgie et le mont Katahdin au centre du Maine. Cela a été d’abord pensé par Benton MacKaye et Myron Avery dans les années 1920 et officiellement créé en 1937. La première personne à “thru-hike” (expression en anglais signifiant de randonner d’un terminus à un autre) était Earl Shaffer en 1951. Depuis, à peu près 15 000 personnes ont randonné la totalité du sentier des Appalaches. Le sentier traverse 14 états américains (Georgie, Caroline du Nord, Tennessee, Virginie, Virginie-Occidentale, Maryland, Pennsylvanie, New Jersey, New York, Connecticut, Massachussetts, Vermont, New Hampshire et le Maine). Chaque état à son propre challenge et différences dans le terrain.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pourquoi as-tu choisi ce sentier en particulier?

Mon obsession avec le sentier des Appalaches à commencé avec mon mémoire de licence à UNC Asheville. J’ai démontré que le “thru-hiking” avait des caractéristiques assez religieuses, et pourrait être vu comme une nouvelle forme de “religion vécue” (la foi et la pratique chaque jour). Ainsi, j’ai commencé à étudier le A.T. d’un point de vue philosophique et académique pendant presque deux ans. Durant mes études, j’ai rencontré des personnes incroyables qui avait déjà “thru-hiker” le sentier et en parlaient avec tellement d’enthousiasme que j’ai commencé à considérer l’idée de faire la randonnée moi-même un jour. Dès que j’étais diplômée, c’était décidé. Il n’y avait aucun moyen que je ne puisse pas passer autant de temps à rechercher sur le sujet sans l’essayer en vrai. Le A.T. est aussi près d’où je vivais à l’époque à Asheville, Caroline du Nord. Donc cela m’a semblé comme une décision facile. J’étais juste diplômée et je n’avais aucunes obligations qui me retenaient.

 

"Marcher tous les jours pendant cinq mois sans faire l'expérience de mauvais ou difficiles moments est impossible."

 

Peut tu décrire ton équipement?

Je portais à peu près 13 kilos sur mes épaules. Parfois plus, parfois moins. L’essentiel consistait d’une tente une personne, d’un sac de couchage, d’un matelas de couchage, de vêtements secs pour dormir, un kit de cuisine (poêle à combustible, casserole, fourchette-cuillère), un guide d’information (la bible du A.T.), appareil photo, nourriture et eau. Tu peux passer par des villes pour te re-fournir en nourriture donc c’était vraiment génial car cela allégeait considérablement le sac à dos. Sortir des villes (ce qui typiquement requiert une belle remontée pour sortir du terrain plat) était une autre histoire. On peut sentir le réapprovisionnement complet à chaque pas vers la montagne.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quel est le meilleur moment que tu aies vécu durant cette aventure?

C’est une question incroyablement difficile! Sans essayer d’être cliché, marcher vers le sommet du Mt Katahdin (Terminus du A.T.) était un moment plutôt incroyable à vivre. Je pouvais voir le sommet, tout en essayer de ne pas trébucher comme je marchais de plus en plus près de la “fin”. Je n’arrêtais pas de faire des petits bruits d’excitement (heureusement que j’étais toute seule), et enfin j’ai atteint le panneau symbolique au top. J’avais vu tellement de photos de “thru-hikers” au sommet mais se tenir physiquement devant le panneau après avoir marché si longtemps… c’est presque inexplicable. Je me suis effondrée devant le panneau et les larmes me sont montées aux yeux. Des larmes de joie, d’épuisement, d’éxcitement et d’incrédibilité. J’ai enfin crié “Oh my god!”, et deux hommes avec qui j’avais randonné dans les dernières semaines se sont tournés et ont vu que j’avais réussi. Ils m’ont félicité et ont pris des photos de moi avec le panneau avant de me donner l’étreinte la plus authentique que je n’ai jamais reçu/donné de toute ma vie. Ahhhh ce jour restera gravé à tout jamais comme un des plus grands moments que j’ai vécu.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

As-tu fais l’expérience d’un moment difficile?

Ha! Chaque jour. “Thru-Hiker le sentier des Appalaches n’est pas marrant. Cela peut être marrant à certains moments, mais tous les jours c’est dur. Que ce soit dur physiquement pour une ascension de 3000 ft (916 mètres) avec un sac lourd, des moustiques non-stops, une chaleur étouffante, les déluges, le mal des pieds, etc. Il y aura toujours des défis à relever. Marcher chaque jour pendant 5 mois sans bons ou mauvais moments n’est pas possible. Parfois en se réveillant, il faut se convaincre de sortir du sac de couchage et commencer à marcher,  c’est le plus dur. Il y a un certain cote répétitif et ennuyant pour chaque personne qui "thru-hike". 

Comment pourrait-tu résumer ton expérience en deux phrases?

C’est une expérience inexprimable qui ne peut jamais être résumée en deux phrases. Par contre, ce parcours m’a amené à plus de découverte de soi-même, d’amitiés, de rire, de d'inconfort et d’honnêteté que j’avais fait l’experience jusqu’ici.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Quel était ton état d’esprit quand tu as fini?

Choque, émerveillement, excitation, tristesse, triomphe et peur.

Est-ce que cette expérience t’as changée?

Je pense que oui. Physiquement mon corps ne sera plus jamais pareil. Mentalement, je pense que je verrais comment le A.T. a et aura un effet sur moi. Pour le meilleur, j’espère! Un ami m’a un jour dit, “le A.T. ruine ta vie de la meilleure manière possible.” Jusqu’ici j’adhère plutôt avec cette affirmation. Le A.T. m’a donné un goût d’une vie atypique et c’est dur de regarder la vie sans cette nouvelle perspective. J’ai l’impression d’avoir des nouveaux yeux, et je suis prête à embarquer pour le prochain chapitre de ma vie avec un niveau de confiance plus élevé.

 

"Avoir une relation saine avec la nature et le sentier est crucial."

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Que dirais-tu aux personnes voulant marcher sur ce sentier?

Sachez dans quoi vous vous embarquer. “Thru-hiking” le A.T. n’est pas facile et imaginez pas que ce soit une simple marche dans les bois. A moins que vous avez envie de grandir comme personne et d’accepter toutes les qualités de vous-même (le bon, le mauvais, le moche et le malodorant), le “thru-hike” ne sera pas une expérience agréable.

Comment ta passion pour la marche a commencé?

Mon mémoire a vraiment titillé mon intérêt mais ce n’était que après être diplômée et avoir décidé que je ferais le sentier des Appalaches l’année d’après que j’ai vraiment commencé à randonner. J’ai forcé quelques gars, que je connaissais depuis des années, à m’emmener faire de la randonnée pour les premières fois. Je m’en foutais combien de fautes je faisais devant eux (qui étaient nombreuses), je voulais juste être dehors et commencer à me challenger. C’était une transition géniale. D’être dépendant des autres pour tout à avoir ma propre motivation et escalader et descendre littéralement une centaine de montagnes.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Quelle est ta relation avec la nature?

De respect. Avoir une relation seine avec la nature et le sentier est cruciale. Marcher sur des sentiers établis près des sommets des montagnes peut être grisant, mais il est important de savoir que cela peut avoir un impact sur le terrain. Il y a des éthiques précises “Leave no trace” (ne laissez pas de traces) que tout le monde peut suivre pour s’assurer que les prochains auront une expérience de la nature encore meilleure. Mais honnêtement, j’aime penser que en étant une être humain décent et en respectant les terres (c’est a dire ramasser ce que tu prends, nettoyer les déchets, rester sur les sentiers établis plutôt que de faire plus de dégâts sur la végétation des alentours) c’est d’abord nous donner l’opportunité d’observer cette beauté. Il est aussi important de savoir nos propres limites sur la nature. Respecter le pouvoir de la nature et sa capacité à nous faire du mal. Se retrouver dans un orage en haut de la montagne fait réaliser à quel point nous avons peu de contrôle sur la nature. Ainsi, il est important de venir préparé et de faire attention aux alentours.

 

Quelle est ta prochaine aventure?

Pour maintenant, c’est de construire mon CV pour m’aider à trouver du travail dans les champs d’intendances ou de conservations en plein air. Cependant… Je ne serais pas opposée pour une autre randonnée longue-distance dans deux ans. Peut être le Pacific Crest Trail? Ha! On verra :D 

 

 

Comment

Un Premier Voyage Européen

Comment

Un Premier Voyage Européen

Flying-into-London.jpg

 

Voyager en Europe, si commun et normal pour bon nombre d’Européens. Et pourtant, visiter l’Europe est un grand fantasme de la population mondiale n’y ayant jamais mis les pieds. C’est e que j’ai remarqué chez les Australiens depuis mon arrivée à Sydney. Découvrir l’Europe pour la première fois est vraiment un rite de passage, c’est tellement loin, mystérieux et symbolique.. Découvrez les impressions de Alice, jeune Australienne, et son premier voyage européen sous des températures qui ferait pâlir l’Australie!

 

 

 

Alice in front of Neuschwanstein Castle in Germany

 

Qu’as-tu découvert en Europe?

Avec mon copain Fraser, nous sommes partis deux mois et demi en Europe de l’Ouest et Europe de l’Est. Nous avons commencé notre voyage avec une semaine à Londre pour Noël, ensuite l’Eurostar vers Paris pour le Nouvel An. Ensuite nous avons passé un mois à voyager avec EuRail vers Lyon, Genève, Lucerne, Munich, Vienne, Prague, Dresden, Berlin, Amsterdam, Bruges, Bruxelles, Ypres et ensuite retour en Angleterre où nous avons fait un road trip ainsi que au Pays de Galles, Irlande et Ecosse.

 

 

 

In Amsterdam

 

Quels endroits t’ont vraiment impressionnée?

 

Mes favoris étaient Londres, Paris, Berlin et Amsterdam. De ce que j’ai vu à Londres, c’est vraiment une ville incroyable. Je n’avais pas réalisé à quel point il y a à voir et à faire là bas. Il y a toujours quelque chose à découvrir. Les lumières au dessus de Oxford St et Carnaby St vers Noël rendent la ville encore plus spéciale.

Paris est vraiment la plus belle ville que j’ai visité, j’ai adoré me perdre dans les petites rues. Le Louvre est évidemment à faire, mais j’ai préféré le Musée d’Orsay et le petit musée de l’Orangerie pour les collections impressionnistes. Il n’y a rien de meilleur que de se lever tôt le matin et de marcher dans les rues de Paris - l’odeur du pain frais et des croissants nous suivait partout donc impossible de résister!

Ayant étudié l’histoire Allemande à l’école, marcher dans Berlin et comprendre les évènements historiques m’a vraiment fait réaliser à quel point cette ville a vécue pendant tant d’années. Le musée de l’Holocauste, les bunkers de la deuxième guerre mondiale et de la guerre froide et les prisons stasi étaient vraiment une expérience très emotionnelle.

Amsterdam est tellement cool! Je ne pouvais pas m’arreter de prendre des photos des maisons super étroites au bord du canal, elles étaient encore plus belles avec l’hiver gris. On commençait chaque matin avec les Dutch Pancakes - une super manière de commencer la journée. Nous avons aussi vu une nuit le red light district, ce qui m’a vraiment ouvert les yeux sur une industrie dont je ne connais vraiment pas grand chose. Et une mention honorable à Prague et Bruges qui étaient toutes les deux magnifiques!

 

 

Sunset in Paris

 

Pourquoi choisir l’Europe?

Ayant vécu toute ma vie à Sydney, Australie, l’Europe était un endroit où je voulais explorer l’art, l’histoire, l’architecture et la nourriture. Chaque ville que nous avons visité à sa propre culture et j’ai adoré voir les côtés historiques que j’avais vu dans les livres. Nous voulions aussi vraiment passer un noël en hiver dans l’hemisphère Nord! On en avait une idée romantique, marchant dans les rues froides de Londres avec du vin chaud à la main à côté des chants de Noël - ce qu’on a fait plein de fois!

 

 

Christmas lights on Oxford St, London

l’Europe était un endroit où je voulais explorer l’art, l’histoire, l’architecture et la nourriture.

 

Comment as-tu organisé un si long voyage?

 

D’abord nous avons pris le temps de décider quelle ville et combien de temps nous voulions rester sur place. On a décidé qu’on voudrait visiter en utilisant EuRail et que nous logerons dans des AirBnb. On a tout reservé avant de partir comme nous savions ce que nous allions faire et pour ne pas gaspiller le précieux temps une fois la-bas. On a aussi recherché ce qui était intéressant dans chaque ville mais avec des activités plus intéressantes que ce que les sites de touristes nous disaient. Donc Trip Advisor était un peu notre meilleur ami pour les conseils et astuces!

 

 

Alice next to Saint Paul in London

Que recommandes-tu aux futurs voyageurs?

 

Vraiment Airbnb si c’est pour un logement confortable et privé. Les auberges de jeunesses sont bien avec des amis mais airbnb est le mieux pour voyager en couple et pendant plusieurs mois.  Chaque endroit était génial avec un prix vraiment intéressant! Nous recommandons vraiment EuRail aussi qui était très abordable, sûr et facile pour voyager entre les villes et pays. Et les tours à pied! On en a fait à Prague, Dresden, Berlin et Amsterdam, c’était génial! Cela donne une super perspective sur l’histoire de la ville en quelques heures.

 

 

 

 

Prague from above

Marcher quelques heures donne une super perspective sur l'histoire de la ville.

 

Y a-t-il des choses que tu aurais voulu faire durant ce voyage?

 

Comme je n’avais jamais été en Europe avant, j’essayais d’avoir des recommandations des amis et de la famille qui connaissait. Donc nous avons construit notre visite avec ces conseils autant que possible. Cependant, en faisant ainsi, nous nous sommes rendus compte que nous nous forcions à aller dans certains endroits car nous “devions” et pas vraiment parce que ça nous intéressait. J’aurais préféré faire plus de recherche et choisir un endroit plus unique. Une ville en particulier que je pense nous avons manqué est Budapest - surtout qu’on était vraiment a coté, à Vienne. Une autre chose est que j’aurais aimé gardé les expériences culturels de notre voyage aussi naturelles que possible - surtout pour la nourriture. On a essayé de manger de la nourriture locale autant que possible mais on a rapidement réalisé que la meilleure nourriture est bien loin des lieux touristiques. J'aurais voulu rester dans l'esprit de manger que où les locaux mangent, pour éviter de mauvaises expériences culinaires.

 

 

The Holocaust Memorial, Berlin

Ça fait quoi de découvrir l’Europe pour la première fois en tant qu'Australienne?

 

C’est incroyable! J’ai vraiment adoré tout ce que j’ai fais. Cela m’a ouvert les yeux sur l’art, la culture, l’architecture, l’histoire… Très different comme atmosphère que l’Australie. Dans chaque ville je pouvais sentir et voir l’histoire, ce qui est quelque chose que je n’ai jamais vécu ici. Tout était inspirant et je veux vraiment y retourner bientôt.

 

alice under the Eiffel Tower

Quel endroit veux-tu explorer un peu plus?

 

Tellement d’endroits! Pour le moment, j’adorerais travailler à Londres - une ville pleine de personnes ambitieuses et toujours en mouvement. J’aimerais vraiment aussi retourner à Paris, qui est tellement magnifique. Je ne m’en lasserai jamais de ses petites rues, des vieux immeubles, galeries d’art, les baguettes et marcher le long de la seine.

 

Dans chaque ville je pouvais sentir et voir l’histoire.

 

Un voyage en tête?

 

Il y a tellement d’endroits que je veux découvrir mais en ce moment le Japon, la Scandinavie et New York. J’ai la chance de déjà prévoir un voyage avec ma famille à New York et le Japon pour l’année prochaine avec mon copain j’espère! Il y a tellement de cultures auxquelles je veux ouvrir  mon esprit, j’ai vraiment hâte!

 

Bruges at night, Belgium

Comment

Islande: L'Aventure d'un Junior Musher

Comment

Islande: L'Aventure d'un Junior Musher

16728591936_fa166f2f82_k.jpg

Pierre, 22 ans, est parti pour une aventure hors du commun pendant plusieurs mois en Islande. Maintenant de retour en France, il m'a livré ses impressions. 16134438913_c5623f38bb_k

"Je voulais mettre mon esprit et mon corps à l’épreuve"

 

Quand es tu parti en Islande et pour quelle raison?

Je suis parti début février 2015, avec en tête une vraie aventure. Premier grand voyage pour moi, je ne voulais pas seulement partir d’un point A pour rejoindre un point B (j’appelle cela se déplacer, pas voyager), mais vivre une réelle expérience. Quelque chose qui allait m’habiter pendant plusieurs mois. M’inventer une nouvelle vie, devenir quelqu’un d’autre.

Après beaucoup de recherches, j’ai trouvé un site qui s’appelle Workaway.info, proposant de faire du volontariat dans le monde entier. J’ai postulé pour aller travailler en Norvège, en Finlande, en Patagonie et en Islande. J’ai eu les différents postes - je m’estime chanceux - et j’ai choisi l’Islande ! Vivre dans une cabane au milieu de nulle part, conduire des chiens de traîneaux, c’était plutôt attrayant et excitant. Je voulais mettre mon esprit et mon corps à l’épreuve. La facilité, ça ne m’attire pas!

 

Où es tu parti, avec qui?

En Islande, et plus précisément sur une montagne nommée Skalafell, à un peu plus de 45 minutes de Reykjavik. Je suis partie tout seul, avec deux sacs à dos et mon équipement. Je n’avais pas envie d’être dépendant de quelqu’un ! Et j’avais besoin de vivre cette aventure seul.

 

"Nous avions une loi : dog’s first !"

 

Quelle serait une journée type en Islande comme Musher?

Réveil 8h pour avoir le temps de prendre un café, et se préparer un petit-déjeuner assez rapidement. Surtout le temps de s’équiper pour braver le froid, la pluie, le vent, la neige… Mère nature ne te fait pas de cadeaux en Islande!

Une fois que tu es debout, les chiens le sont aussi et tu dois aller nettoyer le chenil pour 9h. Une fois que tout est propre, tu déplaces les chiens d’une même équipe sur la même ligne. Ce sera plus simple pour attacher les chiens sur le traîneau. On place les deux “lead dogs” en tête de ligne, puis suivent les “team dogs” et enfin les deux derniers chiens sont nommés les “wheel dogs”. Chacun de ces chiens a un rôle bien particulier et il est important de correctement choisir les chiens pour avoir un run efficace et dans la bonne entente.

Nous installons ensuite les traîneaux près des équipes qui vont courir. Ils ont des tailles différentes et nous les choisissons en fonction du poids et du nombre des clients que nous aurons. Le nombre de chiens varie également en fonction de ces critères mais aussi des conditions météos et de l’état de la neige (compact, molle). Nous attachons les gangline aux traîneaux qui est une grande corde centrale attachée au traîneau et qui comporte des neckline (pour attacher le collier) et des tugline (qui viendra s’attacher à l’arrière du harnais du chien). Nous nous assurons que les mousquetons sont bien verrouillés et que le bungee (absorbeur de choc situé entre la gangline et le traîneau pour soulager les chiens) est en bon état.

Vient ensuite le moment d’équiper les chiens de harnais. Chaque chien à une taille de harnais différente et il faut faire attention à ne pas se tromper ! Une taille trop petite par exemple ferait compression sur le chien, causerait des irritations et le limiterait dans ses mouvements.

Une fois que les chiens sont équipés, que les traîneaux sont en place, il est temps d’accueillir les clients. On les équipe de combinaison chaude (thermal full-body suit) puis on prend cinq minutes pour expliquer comment se tenir et se comporter sur le traîneau. Les premiers départs sont à 10h. Les tours durent environ 45 minutes et font de 6 à 9 kilomètres selon les conditions. Au retour, on déséquipe les chiens, puis on refait les mêmes opérations : on prépare les nouvelles équipes, les traîneaux, etc.. Et on enchaîne les tours à 12h, 14h, 16h, puis à minuit. Les horaires variant généralement au fil de l’hiver et des conditions météos

Entre chaque tour nous avons environ près de 30 minutes pour se reposer ou manger un bout.

Entre le sunset tour (à 16h) et le midnight tour (23h) nous donnons à manger aux chiens. Ils ont besoin d’environ trois à quatres heures pour digérer alors il faut le faire rapidement. On prend le temps de se reposer et manger ensemble, puis à 22h, on sort dehors avec les lampes frontales pour répéter les mêmes opérations que dans la journée, mais cette fois dans la nuit et avec quelques degrés en moins ! Et souvent, sous les aurores boréales...

Après le dernier tour, on nourrit une seconde fois les chiens, on vérifie les chaînes pour la nuit et on va se coucher. Il est alors généralement 1h du matin. Seulement, un chien peut se détacher pendant la nuit et alors tout le monde se met à aboyer. Il faut courir dehors et l’attraper. Que tu sois en sous-vêtements ou pas, qu’il y ait une tempête dehors ou pas, on s’en fiche ! il faut être le plus rapide et tu n’as pas le temps de t’habiller. Nous avions une loi : dog’s first !

Enfin quand tu n’as pas de tour, tu déneiges des camions, tu répares des traîneaux, tu nettoies la cabane, tu peux recoudre des harnais ou prendre un chien, enfiler un harnais et faire une randonnée ! Tu ne t’ennuies jamais, il y a toujours quelque chose à faire.

Bref, les journées d’un Musher sont intenses !

 

 

16753416132_edccc843e6_k

 

 

Quel est ton plus beau souvenir sur place? 

Conduire mes chiens de traîneaux à minuit, sans lampe frontale (elle avait lâché, il faisait trop froid) sous les aurores boréales et la pleine lune. Un merveilleux souvenir, qui restera longtemps gravé en ma mémoire. Et puis il y aussi cette montée d’adrénaline quand tu demandes à tes chiens de courir et qu’ils se mettent à tirer le traîneau comme jamais... Cette alchimie avec les chiens, je crois que c’est le plus beau souvenir que je peux avoir.

 

 

As tu eu un moment de peur, d’angoisse ou un mauvais moment à gérer? Le premier jour, en les écoutant parler, je me suis dit que je n’allais pas faire l’affaire : mon niveau en anglais n’était pas à la hauteur ! Finalement, ils ont su me rassurer et je me suis rendu compte qu’il n’y a rien de compliqué. C’est comme tout : il suffit de se lancer ! Le reste suit.

Aussi, la peur de blesser les chiens pendant les descentes : si tu ne freines pas assez tôt, le traîneau peut heurter les chiens ! Autrement, il y avait les tempêtes. Tu pouvais démarrer un tour sous le soleil, mais te faire surprendre par une tempête de blizzard en plein milieu du tour. Il faut alors rester calme, retrouver la piste, rassurer les clients, ne pas penser au froid qui te gèle les mains et les pieds, t’assurer que tes chiens vont bien… Parfois, la pression n’est pas facile à gérer. C’est pour ça qu’un Musher doit apprendre à rester calme et attentif H24.

"Les chiens sont comme un miroir de ta personnalité"

15840906934_0b6fce9b2b_k

 

 

Quel était ton rapport avec les chiens? Avec les autres personnes présentes? J’ai rencontré 36 nouveaux ami(e)s ! J’étais très proche de mes chiens. Il faut gagner leur respect et leur confiance et cela peut prendre du temps suivant ton comportement et ton caractère. Il faut également rester calme et agir comme un leader, contrôler ses émotions. Je crois que tu changes énormément quand tu travailles avec des chiens. Ils sont comme un miroir de ta personnalité : si tu es agressif, ils peuvent l’être aussi. Mais si tu es calme et heureux, ils le seront  aussi ! je n’ai d’ailleurs jamais rencontré d’animaux aussi généreux. Donne-leur de l’amour et ils t’en donneront le double, voire le triple.

Concernant les autres personnes, il faut savoir que les mushers ont un caractère bien trempé. Travailler dans des conditions aussi dures, à mener des chiens aussi puissants, implique une grande rigueur et de grandes responsabilités. Il y avait parfois quelques petits accrochages car nos points de vue pouvaient être divergeants, mais dans l’ensemble il y avait une très bonne ambiance. Quand tu vis dans une cabane au milieu de nulle part, avec les mêmes personnes pendant plusieurs mois, mieux vaut bien s’entendre !

 

"C’est une tout autre façon de vivre que j’ai découvert"

 

Que retiens tu de cette expérience? T’as t-elle changé? 

J’ai rempli mes objectifs, j’ai vécu ce que je voulais vivre et bien plus encore. Comme je l’ai dit plus haut, travailler avec les chiens te change énormément. Tu apprends à rester calme et ce peu importe la situation, à trouver des solutions rapidement, à gérer les caractères des clients, à te contenter de peu. C’est une tout autre façon de vivre que j’ai découvert.

Par exemple, nous n’avions pas d’eau courante. Ce qui signifie que nous n’avions qu’une seule douche par semaine, voire pas du tout. Tu apprends aussi à te débrouiller avec ce que tu as ! Un jour une tempête a coupé l’électricité. Nous avons alors utilisé du gel anti-bactériologique pour faire cuire une omelette ! Tu oublies tout le confort de la vie moderne et tu t’accommodes à un mode de vie plus simple, tu n’utilises que ce dont tu as besoin, tu es en sorte plus éco-responsable. Un retour aux sources qui est je le pense, nécessaire.

Aujourd’hui, j’aborde le quotidien différemment. Je ne laisse plus l’eau couler quand je fais la vaisselle ou me brosse les dents, je ne lave pas mes vêtements tous les jours inutilement, je bricole de plus en plus, je prends le temps, tout simplement.

Habitué à une vie plus lente là-bas, j’ai aussi redécouvert la lecture. J’ai lu plus de 10 livres pendant mon séjour : jamais je n’aurais lu 10 livres en 3 mois en France.

Bref, ces trois mois intensifs m’ont définitivement apporté les changements dont j’avais besoin.

 

16658923279_db7491592e_k

 

 

"L’Islande t’invite à l’aventure et regorge d’endroits cachés qui n’attendent qu’à être découverts"

 

Comment décrirais-tu l’Islande? 

Une beauté indomptable. Là-bas, la nature prend le dessus sur tout et tu te sens impuissant et si démuni face aux intempéries.

Que conseillerais-tu de découvrir en Islande? 

Le chien de traîneaux ? Haha. Je conseillerai surtout de ne pas suivre les circuits touristiques. Par exemple, si tu veux voir des aurores boréales, loues une voiture et rends-toi sur un lieu isolé et où le ciel est dégagé, tu n’as pas besoin de payer pour t’offrir un tour...  Quant au Blue Lagoon, c’est vrai que c’est très beau. Mais des sources d’eau chaude tu en as des milliers en Islande ! Pars en randonnée et trouve ta propre source d’eau chaude. Tu pourras au moins te baigner tout nu.

L’Islande t’invite à l’aventure et regorge d’endroits cachés qui n’attendent qu’à être découverts. Arme-toi d’un équipement correct, surveille les prévisions météos et organise ton propre roadtrip.

Après, il y a les classiques : le Golden Circle, les geysers.. je recommande aussi vivement de faire de la plongée à la fissure de Silfra, qui se situe dans le lac de Thingvallavatn dans le Parc National de Thingvellir. C’est une fissure entre deux plaques continentales - l’Amérique du Nord et l’Eurasie - où l’eau est si pure et si claire que tu vois absolument tout sous l’eau, révélant des nuances de bleus que tu ne vois autrement que sur ta palette photoshop.

 

16845301426_e0cb2ef793_k

 

Quelle est ta prochaine aventure?

Je pensais à l’Irlande ou l’Écosse, pour y faire un trek de plusieurs jours en autonomie ou avec des amis. Je pense évidemment aussi à la Patagonie...  À vrai dire, ce voyage en Islande m’a ouvert les yeux et me pousse maintenant à voir plus loin. Pourquoi pas partir travailler dans une hacienda en patagonie, apprendre à monter à cheval puis s’équiper pour explorer l’amérique du sud comme un cowboy argentin ? Jamais je n’aurai imaginé devenir Musher en Islande un jour, alors je m’amuse maintenant à rêver. C’est pas marrant si les objectifs sont trop simples à atteindre.

 

Un rêve que tu voudrais réaliser? 

Acheter une moto, un équipement fiable, tout plaquer et faire un road trip en Europe ou ailleurs, en le documentant. Dans l’idéal, ce serait de faire ce trip en Patagonie. Trouver des sponsors, monter une association ou un projet culturel et devenir un de ces aventuriers modernes qui me font aujourd’hui rêver.

 

16754345385_779baedd58_k

 

Ps: Connais-tu des mots cools en islandais? 

Malheureusement, je ne connais seulement que “Takk!”  (merci) et Fyrirgefou (désolé). La plupart des Islandais parlent l’anglais couramment et c’est très utile.. l’Islandais est une langue très agréable et très sonore, mais tellement compliquée..

 

Pierre a également réalisé un magnifique documentaire sur son expérience, à visualiser ici:

The Great Journey of a Musher from Pierre Prior on Vimeo.

Comment